Coût de la plomberie d’une maison de 100 m²

Vous aimeriez savoir combien va vous coûter la partie plomberie pour votre maison de 100 m² ? Cet article vous présente tous les cas de figure, sanitaire, chauffage, que ce soit en neuf ou en rénovation, poste par poste. Vous allez pouvoir évaluer les premières tendances pour votre budget et choisir ainsi la gamme des appareils en conséquence.

Prix plomberie salle de bain

Les tarifs de plomberie dans une maison de 100 m²

Les tarifs d’un plombier sont différents d’une région à une autre, d’un travail à un autre, ou encore entre mise en œuvre simple ou dépannage.

Voici un premier ordre d’idée de ce que peut vous facturer un plombier.

Tout d’abord, sachez qu’une remise en état de la plomberie, dans une maison en rénovation, vous coûtera autour de 8 000 €.

Pour du neuf, comptez de 10 000 à 15 000 €, selon vos choix de gamme.

Pour ce qui est du tarif exercé par un plombier, sur le plan horaire, les prix navigueront entre 40 et 70 € de l’heure, selon la région, le type d‘entreprise et le plombier. Il pourra inclure également des frais de déplacement entre 20 et 40 € de l’heure.

Voici également quelques prix pour des travaux spécifiques que pourra vous prendre un plombier chauffagiste :

Travaux

Tarif en pose seule

Tarif en fourniture et pose

Pose WC

de 100 à 150 €

à partir de 200 €

Pose baignoire

de 200 à 300 €

à partir de 500 €

Pose douche

de 200 à 500 €

à partir de 500 €

Pose vasque

de 150 à 200 €

à partir de 300 €

Alimentations + évacuations

 

100 à 120 € le mètre linéaire

Pose chauffe-eau

de 200 à 400 €

à partir de 400 €

Installation ballon eau chaude

de 300 à 700 €

à partir de 450 €

Les différentes interventions

La plomberie reprend de nombreuses interventions qui peuvent se dérouler sur :

  • distribution de l’eau :
    • l’eau froide : en plus d’être distribuée sur chaque élément de votre sanitaire, évier, douche, baignoire, vasque, elle l’est aussi seule dans les WC, mais encore pour la machine à laver et le lave-vaisselle, les réfrigérateurs américains et aussi pour l’arrosage.
    • l’eau chaude : elle sera distribuée sur l’évier, la vasque, la douche, la baignoire et parfois le bidet. Pour cela, il vous faut un ou des chauffe-eau, ou un chauffage central intégrant la production d’eau chaude.

Ce poste revient autour de 2 000 à 4 000 € avec le ballon d’eau chaude.

  • les évacuations d’eaux usées : elles sont évacuées vers un système de tout-à-l’égout ou vers une micro station individuelle pour les maisons ne disposant pas de réseau collectif à proximité.
    Cette partie revient de 2 000 à 3 000 € en fourniture et pose.
  • le chauffage : le plombier étant très souvent aussi chauffagiste, il intervient généralement dans ce domaine pour tout ce qui est chauffage central avec ou sans production d’eau chaude.
    De 1 000 à 10 000 €, cette très large fourchette s’explique par les différentes solutions de chauffage qui existent et qui ne reviennent pas toutes à un plombier.

Si l’installation d’une plomberie, dans le cadre du sanitaire et, parfois, du chauffage, est une partie du travail de ce corps de métier, ce n’est pas la seule.

En effet, on peut aussi voir deux autres interventions majeures pour ces professionnels qui sont :

  • la maintenance : entre alors dans cette sélection, les travaux d’entretien de chaudière et tout ce qui va avec comme le ramonage ou le désembouage des radiateurs, mais aussi les vidanges de fosse, les remplacements de robinets, de siphons ou de flexibles, etc. ;
  • le dépannage : que ce soit des débouchages ou des interventions sur fuite, aussi bien sur canalisations que sur robinetterie ou sur WC, les travaux de dépannage sont parmi les plus complexes à gérer pour tous, professionnels comme clients, puisqu’ils doivent être réglés dans l’urgence.

Les tarifs selon les matériaux

Les travaux de plomberie évoluent avec le temps et, alors que les alimentations ont pu s’effectuer en fonte ou en acier, le cuivre était devenu la norme, ensuite. On trouve donc ces différents éléments en rénovation.

Aujourd’hui, c’est le tuyau PER ou le multicouche qui est le plus souvent utilisé, car beaucoup plus facile à gérer, par l’absence de soudure, et donc moins sujet aux fuites. La facilité d’utilisation le rend alors plus intéressant pour tous, financièrement. Le PVC est encore employé pour les tuyaux d’évacuation.

  • PER
    C’est du polyéthylène réticulé haute densité qui permet les alimentations en eau chaude comme en eau froide, sanitaire et chauffage.
    Il ne nécessite pas de soudure, ne s’entartre pas et résiste à la corrosion. Sa durée de vie est alors d’une cinquantaine d’années.
    Par contre, il peut se dilater face à de hautes températures et ne devra donc pas être installé trop rectiligne pour lui laisser un peu de marge.
    Il est sensible aux UV et à l’oxygène et ne doit pas être installé pour des planchers chauffants.
  • Multicouche
    C’est un tube alu pris entre deux couches de PER.
    Il conserve toutes les facilités du PER et devient aussi repérable par les détecteurs de métaux en cas de recherche dans un mur ou un plancher.
    Il est beaucoup moins sujet à la dilatation que le PER.
    Il est aussi plus cher que ce dernier.

Voici un ordre d’idée du prix de ces différentes matières :

Travaux de canalisation

Tarif en fourniture et pose

Acier

de 40 à 80 € le mètre linéaire

Fonte

de 100 à 180 € le mètre linéaire

Cuivre

de 15 à 35 € le mètre linéaire

Polyéthylène

de 8 à 12 € le mètre linéaire

PVC

de 20 à 30 € le mètre linéaire

PER

de 10 à 12 € le mètre linéaire

Multicouche

de 20 à 60 € le mètre linéaire

Il en ressort aussi les tarifs suivants proposés par des professionnels :

Types de travaux 

Tarif en fourniture et pose

Distribution de gaz

de 15 à 50 € le mètre linéaire

Alimentation en eau

de 20 à 60 € le mètre linéaire

Évacuation des eaux usées

de 50 à 100 € le mètre linéaire

Pour un raccordement à effectuer au tout-à-l’égout, il faut prévoir un prix de 200 à 400 € le mètre linéaire.

Les tarifs de dépannage

Parmi les travaux de plomberie fréquents, ceux liés au dépannage sont essentiels. Ce sont, souvent, ceux qui vous coûtent le plus cher, car ils doivent être réalisés dans l’urgence.

Il ne faut cependant pas que cela vous empêche de demander des devis, qui doivent d’ailleurs être systématiquement établis, dès lors que l’opération est supérieure à 150 € TTC. Il doit alors être daté, signé, établi en double exemplaire et comporter certaines indications dont le prix avec frais de déplacement, fourniture et main d’œuvre en HT et TTC, la durée de validité, le fait d’être un devis payant si c’est le cas et le numéro de référence de la garantie décennale de l’intervenant.

En dessous de cette somme, si un devis n’est pas nécessaire, il faudra cependant une facture ou, au moins, une note, pour préciser les éléments de facturation, à partir de 25 €.

Voici quelques éléments tarifaires de dépannages normaux :

Dépannage

Prix

Fuite sur tuyauterie

de 80 à 120 €

Changement de canalisation

de 100 à 1 000 €

Débouchage WC

de 100 à 150 €

Débouchage évier

autour de 100 €

Débouchage broyeur WC

de 80 à 100 €

Remplacement broyeur WC

autour de 600 €

Remplacement robinet

de 80 à 100 €

Panne sur chaudière ou ballon eau chaude

150 €

Désembouage radiateur

170 €

Dans certains cas, avant de passer à la phase dépannage, il convient d’évaluer les problèmes par un diagnostic. Avec laser et caméra d’inspection dans les canalisations, il sera alors possible de décider s’il est possible de réparer, si un nettoyage s’impose ou si un remplacement complet de canalisation est nécessaire.

Le coût d’un tel diagnostic, selon la longueur et la complexité de ces canalisations se situe de 100 à 300 €.

Les tarifs en rénovation

Lors d’une rénovation, le travail d’intervention en plomberie consistera peut-être à revoir toutes les alimentations et évacuations, selon l’état de l’existant, mais aussi lorsque vous créez une nouvelle salle de bains, par exemple.

Mais cette rénovation pourra aussi consister à changer l’équipement sanitaire. 

Travaux de rénovation

Dépose de l’existant

Fourniture et pose

Lavabo ou vasque

de 80 à 100 €

de 300 à 1 000 €

Bidet

de 90 à 110 €

de 500 à 1 000 €

Douche

de 100 à 200 €

de 500 à 5 000 €

Baignoire

de 100 à 200 €

de 500 à 3 500 €

WC

de 100 à 120 €

de 200 à 1 000 €

Robinet

de 40 à 60 €

de 80 à 500 €

Les aides

Les aides en matière de plomberie ne s’appliquent pas sur une construction neuve.

En rénovation, vous pourrez compter sur une TVA réduite à 10 % pour un logement terminé depuis plus de 2 ans et des travaux réalisés par un professionnel.

Dans le cadre de travaux liés aux économies d’énergie, ces aides sont alors plus nombreuses et concernent les travaux de chauffage, notamment, avec réduction de TVA à 5,5 %, MaPrimeRénov’, aides de fournisseurs d’énergie, aides de collectivités, etc. Le professionnel pourra vous orienter vers les aides en question. 

Les conseils des professionnels

Maintenant, pour que les travaux de plomberie se passent sans encombre, il convient de suivre quelques conseils prodigués par nos professionnels.

  • Prévenir les problèmes
    Pour bien éviter que les problèmes ne prennent une dimension démesurée, il est préférable que chaque pièce détienne son propre robinet d’arrêt. Ainsi, en cas de fuite, vous ne serez plus dans l’urgence absolue et aurez le temps de demander un devis et pourrez profiter de tarifs plus intéressants.
    L’autre précaution essentielle est de placer toutes ces canalisations à l’abri du gel, que ce soit en isolant toutes celles qui sont extérieures, mais aussi en assurant un minimum de chauffage en hiver dans un logement, même en cas de longue absence. Là encore, des robinets d’arrêt permettront d’éviter que des alimentations vers l’extérieur ne gèlent en hiver, à condition de posséder aussi des robinets purgeurs permettant de vider ces canalisations auparavant.
    La sécurité consiste aussi à couper l’arrivée générale d’eau en cas de longue absence.
  • Bien entretenir ses équipements
    Que ce soit le chauffe-eau ou la chaudière, un bon entretien évitera des fuites ou des surconsommations, et vous permettra aussi de faire des économies de consommation ainsi que de faire durer votre matériel.
  • Identifier les fuites rapidement
    Avant de devenir une fuite importante, elle est souvent un simple suintement. C’est pourquoi il convient de bien comprendre chaque petite goutte d’eau ou chaque tache d’humidité avant que le problème ne prenne de l’ampleur et ne puisse être réglé que dans l’urgence.
    En outre, il faut savoir qu’un simple robinet qui goutte représente, à raison d’une goutte par seconde, une surconsommation de 8 000 litres sur l’année.
  • Détecter les fuites invisibles
    Les professionnels sont équipés pour détecter des fuites que vous ne pouvez voir à l’œil nu ou qui se trouvent dans des canalisations noyées dans un mur ou une dalle. Les méthodes électroacoustique, infrarouge ou par caméra thermique permettent de vérifier vos alimentations et/ou évacuations.
  • Économiser l’eau
    Il faut savoir qu’une douche, en moyenne, consomme 30 litres d’eau, un robinet 15 litres à la minute et une chasse d’eau de WC 9 litres.
    Ainsi, selon l’OMS, la toilette représente 39 % de la consommation d’eau des ménages, les WC 20 %, la lessive 12 %, la vaisselle 10 %. Le reste se partageant entre la préparation des repas, la consommation, l’arrosage et le ménage.
    Il existe alors différentes solutions pour économiser cette consommation d’eau :
    • utiliser des robinets thermostatiques plutôt que des mélangeurs ;
    • utiliser des douches à air et des robinets éco-mousseurs qui mélange l’air et l’eau pour assurer un bon débit avec moins d’eau ;
    • placer des réducteurs de consommation avant le pommeau de douche ;
    • voire installer des robinets à infrarouge qui détecte les présences et ne coulent pas inutilement ;
    • opter pour des chasses d’eau à double touche.

FAQ

Le plombier m’a parlé d’un problème de pression sur mon réseau d’alimentation en eau et me propose un réducteur de pression, dois-je l’écouter au risque de perdre du débit ?

Effectivement, ce problème est fréquent et la pose d’un réducteur évitera qu’il engendre des fuites d’eau par des soudures qui ne tiennent pas ou autres. La pression de l’eau trop forte endommagera vos canalisations. Le réducteur régulera cette pression autour de 3 bars, pression normale, et vous n’en ressentirez pas la différence dans le débit. Ce réducteur se place juste après le compteur.

J’ai vu que les mitigeurs possédaient des classements EAU. A quoi cela correspond-il ?

Effectivement, le E correspond à l’écoulement et donc l’économie d’eau, le A à l’acoustique et le U à l’usure. Les robinets thermostatiques disposent également d’un critère C qui est un classement prenant alors en compte la fidélité de réglage, la facilité d’entretien, la force d’ouverture, etc.
Plus les chiffres qui suivent ces lettres sont élevés, et meilleur est le robinet.

Comment reconnaître une plomberie défaillante ou présentant des signes de fatigue, en absence de fuite ?

Le premier signe est, effectivement, visuel, si vous remarquez des taches d’humidité qui préviennent d’une fuite plus importante à venir. L’autre signe est la pression de l’eau irrégulière qui peut aussi être en lien avec une prise d’air, une fuite ou un encrassement.

J’ai eu un problème de fuite et fait appel à un dépanneur. Je n’ose même pas dire combien ça m’a coûté.

C’est le problème du dépannage. Certains sont spécialisés dans ce domaine et en profitent pour gagner beaucoup d’argent. Heureusement, la plupart ont beaucoup plus de scrupules et restent fiables. Voici quelques conseils :

  • comme énoncé dans l’article, privilégier des robinets d’arrêt sur chaque pièce pour ne pas devoir couper l’alimentation générale et devoir agir dans l’urgence ;
  • demander des devis écrits avant intervention ;
  • évitez tous les autres travaux que certains essaieront de vous faire accepter ;
  • regardez sur Internet les avis des autres usagers ;
  • préférez un plombier qui prend aussi en charge votre entretien de plomberie, qui est qualifié et qui dispose des assurances nécessaires.

Quel est le montant à partir duquel je dois avoir un devis, une facture ?

À partir de 25 €, le professionnel est dans l’obligation de vous fournir une facture ou, du moins, une note de facturation faisant apparaître le travail réalisé, aussi bien en déplacement, en fourniture ou en main d’oeuvre, ainsi qu’avec la TVA, à moins qu’il ne soit en micro-entreprise et non affilié à la TVA. Au-dessus de 150 €, il doit aussi vous présenter un devis avec les mêmes détails.

Je suis locataire et je voudrais savoir, en cas de dépannage, qui doit régler la facture : le bailleur ou le locataire ?

Le locataire a la charge de l’entretien de la plomberie et du matériel qui en découle. Si c’est un problème de joint, par exemple, le locataire est responsable, tout comme si un mauvais entretien est à l’origine de la panne ou de la fuite.

Par contre, lorsque le problème est dû à la vétusté, c’est au propriétaire que revient la charge du règlement.

Pour du collectif, un problème dans les canalisations communes est à la charge du syndic.

A voir aussi les assurances que chacun a pris et si elles couvrent ces problèmes.

Il en est de même en cas de surconsommation d’eau en cas de fuite importante, la charge en reviendra à la personne responsable. 

On m’a averti que l’eau était très calcaire où je prévois de faire construire, quelle est la meilleure solution pour pallier ce problème ?

Le tartre est, effectivement, l’ennemi de vos équipements en plomberie. Il existe alors différentes solutions dont, la plus importante est l’adoucisseur. Il modifie la composition chimique de l’eau en remplaçant les ions calcium ou magnésium par des ions sodium. Vous aurez une eau plus douce, sans odeur et, que ce soit votre peau, votre vaisselle ou votre linge, vous en ressentirez les bénéfices.
Il existe aussi un traitement galvanique. Cette solution est écologique puisqu’elle ne modifie pas la composition de l’eau et la traite à partir d’une anode en zinc et adoucit votre eau. Il sera aussi légèrement moins cher et ne consomme pas d’électricité et ne risque donc pas la panne.

Enfin, a posteriori, vous pouvez aussi faire réaliser un détartrage de vos canalisations. La soude ou l’acide chlorhydrique sont alors efficaces, bien que peu écologiques et qu’il faut employer avec parcimonie. Le vinaigre blanc mélangé à du bicarbonate est moins risqué.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire