Prix pour détruire un mur

Le prix pour détruire un mur, selon sa constitution, peut aller de 15 à près de 200 € le m3.

De simple cloisonnement à mur de soutien, il vous faudra étudier sa nature pour en connaître un peu plus et prévoir un tarif un peu plus précis.

Récapitulatif

Travaux de démolition

Tarif

Démolition mur en placo

10 à 20 € le m3

Démolition mur maçonné non porteur manuellement

50 à 75 € le m3

Démolition mur maçonné non porteur mécaniquement*

20 à 35 € le m3

Prix étude technique

1 300 à 2 000 €

Démolition mur porteur maçonné

80 à 120 € le m3

Démolition mur porteur en pierres

60 à 90 € le m3

Démolition mur en béton armé, méthode manuelle

150 à 250 € le m3

Démolition mur porteur en béton armé mécaniquement

160 à 190 € le m3

Le prix pour détruire un simple mur

La démolition d’un simple mur est la plus facile des solutions, il est donc normal que ce soit aussi la moins chère.

Lorsque ce mur est un simple cloisonnement, il est généralement constitué de placo, voire de briques et plâtre dans une maison traditionnelle.

Ce qui n’exclut pas, dans des constructions plus anciennes, qu’il soit quand même en parpaings, voire en pierres.

S’il s’agit d’un mur intérieur, vous avez une chance qu’il ne soit, effectivement, pas porteur. Cependant, l’intervention d’un professionnel pour s’en assurer est une très sage précaution.

Si vous avez cependant la certitude qu’il n’est pas porteur, le coût de démolition de ce mur se situera alors entre 10 et 20 € du m3 dans le cas le plus simple.

Voici quelques exemples de démolition de murs non porteurs.

Nature du mur

Prix de la démolition

Mur en placo

10 à 20 € le m3

Mur maçonné détruit manuellement

50 à 75 € le m3

Mur maçonné détruit mécaniquement*

20 à 35 € le m3

* Pour détruire un mur maçonné mécaniquement, il faudra nécessairement que le passage d’un engin reste possible, ce qui ne sera le cas que dans certaines rénovations.

Le prix pour démolir un mur de soutien

Si la suppression d’un simple mur de cloisonnement peut être à la portée de certains, sous réserve de vous assurer qu’il ne porte effectivement rien et sous réserve de pouvoir le faire le plus proprement possible, la démolition d’un mur de soutien est une toute autre tâche, généralement réservée aux professionnels, avec l’appui de techniciens capables d’étudier les portées et les charges.

En particulier, un bureau d’études (BET) ou un architecte interviennent, en amont, pour étudier la faisabilité de l’opération, et les précautions à prendre.

Le prix d’une étude technique coûte, à elle seule, entre 1 300 et 2 000 € H.T.

Un mur porteur peut aussi être de différentes natures et nécessiter un travail et des outils adaptés à ces différentes tâches, dont voici un résumé :

Nature du mur porteur

Prix de la démolition

Prix étude technique

1 300 à 2 000 €

Démolition mur porteur maçonné

80 à 120 € le m3

Démolition mur porteur en pierres

60 à 90 € le m3

Démolition mur porteur en béton armé manuellement

180 à 220 € le m3

Démolition mur porteur en béton armé mécaniquement

160 à 190 € le m3

Le prix de l’énlèvement des gravats

Si le prix de l’évacuation des gravats est généralement compris, surtout dans les tarifs de démolition de murs porteurs, il ne l’est pas forcément pour la démolition d’un simple cloisonnement, surtout dans le cas d’un mur en placo.

Il faudra donc bien vérifier le devis de l’artisan que vous comptez faire intervenir et comparer des prix avec des prestations identiques avant de retenir systématiquement le tarif le plus bas.

En effet, il faut quand même être conscient que cette évacuation de gravats peut parfois être comptabilisée en supplément et porter sur une somme conséquente de 30 à 50 € le m3.

Cas particuliers

Dans les cas particuliers de destruction de mur interviennent les notions de présence d’électricité et de plomberie, notamment.

Si de tels réseaux sont présents dans le mur, ils auront une double incidence :

  • la nécessité de prendre les précautions d’usage pour ne pas créer un problème (fuite d’eau, panne de chauffage, coupure électrique, etc.), ce qui peut aussi entraîner un surcoût ou empêcher une démolition mécanique lorsque celle-ci est possible ;
  • la nécessité de prévoir un complément de prix pour détourner ces canalisations ou ces câblages.

Voici quelques exemples de suppléments de prix pour certains de ces cas :

Travaux spéciaux pour détruire un mur

Prix

Démolition mur comprenant câbles ou canalisations

30 à 80 € le m3

Déplacement électricité

de 100 à 150 € pièce

Déplacement canalisation d’eau

de 20 à 50 €/ml

Déplacement canalisation de gaz

de 20 à 50 €/ml

Finitions tableau après démolition (côté et linteau)

de 200 à 350 €

Reprise mur*

de 20 à 50 € le m²

Reprise sol carrelage*

de 30 à 150 € le m²

Reprise sol parquet*

de 30 à 150 € le m²

* Ces reprises dépendent de la nature du mur, du carrelage et du parquet. Des spécialistes de ces travaux pourront vous apporter des devis plus précis en fonction de l’existant.

Comment reconnaître un mur de soutien

La méthode la plus connue et la plus simple pour reconnaître un mur porteur est de taper dessus avec un doigt et de reconnaître si le son est mat, le plus souvent signe d’un mur porteur, ou creux, synonyme de mur non porteur.

Mais attention, les murs extérieurs sont porteurs car la charpente repose dessus, cette méthode ne s’applique qu’aux murs intérieurs.

Toutefois, elle n’est pas non plus fiable à 100 % car un mur de séparation entre un garage et la maison peut avoir été isolé en placo + laine de verre, par exemple, et donnera donc l’impression de sonner creux. Toutefois, derrière cette isolation pourra se trouver un mur en parpaings supportant une charpente en cas de différence de niveau entre les deux constructions.

A l’inverse, certains cloisonnements peuvent avoir été réalisés en parpaings, même si ce n’est pas le cas le plus général.

Bien regarder ce que pourrait porter le mur est alors important.

Lorsque c’est possible, regarder le sous-sol, dans le cas d’une maison sur vide-sanitaire peut aussi permettre de reconnaître la présence de fondations sur lesquelles reposent les murs porteurs.

Les plans de la construction, l’épaisseur des murs sont aussi des repères possibles.

Et, même dans le cas de mur porteur, vous pouvez bénéficier d’une construction avec un chaînage sur l’ensemble des murs qui vous permettra une démolition sans nécessité l’ajout d’un linteau.

Dans tous les cas, le plus sage est de faire appel à un professionnel.

La méthode de démolition

Démolition mur non porteur

Outre les précautions d’usage telles que nous les avons vues pour le passage éventuel de câbles ou de canalisations, et pour lesquels il faudra aussi en passer par une coupure sécuritaire du compteur électrique et/ou du compteur d’eau, la méthode dépendra de la nature du mur :

  • mur en placo : un premier trou est réalisé pour le passage d’une scie égoïne à grosses dents ou d’une scie sabre encore plus efficace. Si le placo est posé sur ossature métallique, il faudra aussi découper cette ossature avec précaution, sans fragiliser tout l’édifice.
  • mur en carreaux de plâtre : il faut d’abord les désolidariser du plafond avec une scie afin de démolir à la massette progressivement depuis le haut.
  • mur en briques ou en parpaings : après avoir enlevé le plâtre ou le placo de recouvrement, il faut aussi désolidariser le mur du plafond avec une scie alligator ou sabre, puis commencer à casser depuis la partie haute.

L’emploi d’une meuleuse est possible mais risquera de créer beaucoup de poussière.

Démolition mur porteur

Il faut opérer une saignée sur la partie haute qui permettra la pose d’un IPN ou toute autre poutrelle capable de supporter la charge qu’avait ce mur. Ensuite, la découpe de jambages de chaque côté, à l’aide d’une découpeuse murale thermique à deux lames, si le mur est intégralement détruit, permettra de positionner des étais qui supporteront cette poutrelle. Il est alors possible de casser le mur sans trop donner d’à-coups qui pourraient fragiliser le reste de la construction.

L’utilisation d’un marteau burineur peut permettre de réaliser ce travail plus tranquillement.

Les démarches éventuelles

La première évidence est que vous ne pouvez démolir un mur que lorsque vous êtes propriétaire de la construction. Dans le cas contraire, vous devrez avoir l’accord du propriétaire pour le faire.

Si vous êtes propriétaire d’un appartement faisant partie d’un immeuble collectif, vous pouvez casser un mur de cloisonnement s’il n’est pas porteur et n’aura donc pas d’incidence sur l’ensemble de la copropriété. Dans le cas contraire, il vous faudra un accord de la copropriété et celui, généralement, de l’architecte qui a conçu ce bâtiment.

Si vous êtes propriétaire, vous pouvez détruire une cloison ou un mur porteur intérieur avec les précautions d’usage et, de préférence, avec l’appui d’un professionnel.

Si vous êtes propriétaire et que ce mur est extérieur, sa destruction aura donc une conséquence sur l’apparence de votre maison, il vous faudra donc, a minima, une autorisation de travaux, voire un permis de construire selon l’étendue des travaux entrepris.

Evidemment, si ce mur est mitoyen, il vous faudra également l’accord de votre voisin.

Enfin, l’appel à un professionnel habilité (BET, architecte) permettra de déterminer les charges et les portées et de prévoir les soutiens nécessaires, que ce soit un IPN ou un linteau béton.

Selon la méthode de destruction, vous devrez veiller à ce que cela n’ait pas d’incidences par rapports aux constructions voisines, que ce soit dans les cas extrêmes de destruction à l’explosif, bien entendu, mais aussi avec des engins qui pourraient créer des vibrations trop importantes.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire