Prix pour refaire une toiture de 300 m²

Le prix pour refaire une toiture de 300 m² englobe un certain nombre de points qu’il est important de considérer avant de lancer les travaux. Retrouvez dans cet article l’ensemble des éléments venant impacter plus ou moins fortement la facture finale.

pose tuile

Les prix pour refaire une toiture de 300 m²

Commençons par un petit tour d’horizon des prix pour refaire une toiture de 300 m² :

Postes de dépense

Prix au m² 

Prix pour 300 m²

main d’oeuvre

fournitures

La charpente

Diagnostic

200 €

200 €

Rénovation partielle

 

100 à 180 €

30 000 à 54 000 €

Rénovation complète

Dépose

30 à 50 €

9 000 à 15 000 €

Pose fermette combles perdus

30 à 40 €

40 à 50 €

21 000 à 27 000 €

Pose fermette combles aménagés

50 à 60 €

24 000 à 30 000 €

La couverture

Dépose

Avec évacuation

10 à 30 €

1 000 à 9 000 €

Avec stockage

15 à 45 €

4 500 à 13 500 €

Pose

Ardoises

40 à 60 €

50 à 150 €

27 000 à 63 000 €

Tuiles

15 à 20 € 

11 à 19 €

7 800 à 11 700 €

Bac acier

10 à 40 €

10 à 35 €

6 000 à 22 500 €

Zinc

50 à 90 €

40 à 70 €

27 000 à 48 000 €

Chaume

100 à 150 €

 

30 000 à 45 000 €

Travaux annexes

Isolation

Sarking

80 à 180 €

100 à 120 €

54 000 à 90 000 €

Panneaux sandwich bac acier avec 20 cm d’isolant

20 €

80 €

30 000 €

Caisson chevronné

10 à 180 €

100 €

33 000 à 84 000 €

Pose d’un velux en création

440 à 2 200 €

440 à 2 200 €

Changement de pente

850 à 1 200 €

255 000 à 360 000 €

Rehausse de toit

1 800 à 2 200 €

540 000 à 660 000 €

Traitements de charpente

Hydrofuge

20 à 30 €

6 000 à 9 000 €

Fongicide

15 à 30 €

4 500 à 9 000 €

Insecticide

20 à 50 €

6 000 à 15 000 €

La charpente

Concernant la charpente, les reprises peuvent être variées et plus ou moins étendues. En effet, de la rénovation partielle à la rénovation complète, les travaux ne sont pas les mêmes.

Dans tous les cas, pour ce poste, il sera plus que recommandé de faire appel à des professionnels maîtrisant parfaitement les techniques et savoir-faire. Le cas échéant, le risque est de voir une structure fragile, peu fiable, voire dangereuse pour les occupants.

La rénovation partielle

Il sera question d’une rénovation partielle lorsque les travaux ne toucheront que certaines poutres ou si le souhait est de venir modifier une partie de la charpente.

Par exemple, si des poutres de la charpente présentent quelques faiblesses ou dégradations, il sera possible de procéder aux opérations suivantes :

  • pose d’un cerclage métallique : un tel système vient empêcher que la poutre faible éclate ;
  • réalisation d’un décapage, d’un bûchage, d’une mise à nu du bois sain : cela permet d’éliminer les parties vermoulues du bois (un cerclage peut ensuite venir compléter cette action si besoin) avant de le traiter ;
  • remplacer la poutre : parfois, la poutre trop dégradée ne pourra pas être rénovée ni renforcée.

Dans le cas de poutres apparentes depuis l’intérieur, le souhait est de redonner un peu d’éclat aux boiseries. Dès lors, il sera envisageable de réaliser les actions suivantes :

  • blanchissement des poutres : les éléments visibles sont peints avec une peinture micro-poreuse qui laisse respirer le bois ;
  • sablage des poutres : le sable, lorsqu’il est projeté, permet de décaper les éléments de manière à retrouver son aspect d’origine.

La rénovation complète

Mais il arrive aussi que la charpente soit trop vétuste ou qu’un projet requiert un remplacement complet (notamment en cas de rehausse).

Dès lors, il convient de procéder à une dépose totale. Les pièces de charpente, si elles sont en bon état, pourront être remises en place après la rehausse ou seront mises au rebut si elles doivent être remplacées par des neuves.

Ce type de rénovation est généralement l’occasion idéale pour penser une isolation de la toiture par l’extérieur.

La couverture

Les ardoises

Il existe deux types d’ardoises, à savoir les ardoises naturelles et les ardoises synthétiques. Voici les principaux points à connaître à leur sujet :

Ardoises naturelles

Ardoises synthétiques

– composées de schiste naturel : un matériau noble

– très esthétiques

– relativement coûteuses

– fabriquées en usine à base de fibrociment

– moins onéreuses que les naturelles

– moins bonne qualité

– offre une imitation très correcte de la version naturelle

En termes de pose, il sera possible d’opter pour l’une des deux méthodes suivantes :

Pose avec des crochets

Pose clouée

– les ardoises sont fixées grâce à des crochets

– ils sont directement fixés dans l’ossature en bois

– un écran de sous toiture est préalablement placé sur l’ossature en bois

– viennent ensuite des contre lattes

– les ardoises sont alors clouées sur les contre lattes

Que ce soit en pose clouée ou avec des crochets, il faudra disposer de liteaux et de contre liteaux sur la toiture, voire de voliges. Cet ensemble permet en effet de créer une ossature en bois capable d’accueillir les ardoises.

Les tuiles

Moins chères que l’ardoise, les tuiles sont généralement faites à base de terre cuite, mais parfois aussi en béton. 

Il existe d’ailleurs différentes sortes de tuiles qui arborent des tonalités plus ou moins foncées. Il est possible de citer notamment :

  • la tuile plate ;
  • la tuile mécanique ;
  • la tuile faîtière ;
  • la tuile romane ;
  • la tuile canal…

Pour la pose des tuiles mécaniques, par exemple, elle pourra être clouée si la région est particulièrement exposée aux vents. Sinon, elles seront simplement emboîtées les unes aux autres.

Le bac acier

De plus en plus prisé pour équiper les toitures des logements, il existe différents types de bac acier. Voici les principaux points à connaître à leur sujet :

Bac acier simple peau

Bac acier double peau

Bac acier à joint debout

Bac acier en panneau sandwich

– modèle le plus utilisé

– proposé sans isolant

– version la moins chère

– se présente avec deux couches de bac acier : le premier en guise de couverture et le second en guise de pare vapeur

– un isolant peut être intégré entre les deux couches

– idéal pour les grandes surfaces

– belle esthétique : possibilité d’opter pour des versions en imitation ardoise ou tuile

– se présente avec deux couches d’acier

– intègre un bon isolant thermique

– version la plus onéreuse

Pour poser du bac acier, il convient de disposer d’une charpente faite de pannes. La pose se fait directement sur ces dernières avec des techniques associées à la version sélectionnée. 

Le zinc

Le zinc est un autre matériau pouvant recouvrir les toitures. Il se décline en diverses solutions pour lesquelles la technique de pose est spécifique. Voici les principaux points à connaître à leur sujet :

Zinc sur tasseaux

Zinc à joint debout

Zinc en gradins (ou zinc à ressaut)

– version la plus ancienne du zinc

– présente une surélévation de la bordure

– la bordure est agrafée au tasseau et recouverte par la plaque suivante

– un joint permet d’assurer l’étanchéité au niveau de chaque recouvrement

– facile à démonter dans le cas de la rénovation

– version plus à risque en termes d’infiltrations

– pose la plus courante de nos jours qui permet de laisser les plaques de zinc se dilater (selon le climat ambiant)

– plaques dotées de bords relevés qui sont serties et agrafées sur des voliges 

– les plaques s’emboîtent et garantissent une bonne étanchéité

– selon la pente, il peut y avoir un double sertissage

– les plaques sont posées sur des tasseaux

– le tasseau permet de disposer d’un point de fixation mais aussi de la rehausse nécessaire

– la plaque supérieure recouvre la plaque inférieure
– plus complexe à mettre en place

– plus onéreux que les deux autres versions

Le chaume

Réalisé grâce à l’utilisation de tiges végétales (jonc, roseau, seigle, bruyère, blé…), le chaume est un matériau rustique plein de charme. 

Biodégradable et esthétique, cette solution offre de nombreux avantages, notamment en termes de durée de vie (50 ans), de résistance aux conditions météorologiques difficiles (neige, grêle, vent violent, gel…) et d’isolation (thermique, mais aussi acoustique).

Par ailleurs, le chaume se révèle très simple à installer, notamment en raison de son poids plume. Un petit poids qui impacte aussi le besoin en charpente qui n’aura pas à être d’un très gros gabarit pour accueillir cette couverture.

Les travaux annexes

Les travaux réalisés sur les toitures, selon leur ampleur, peuvent amener à d’autres interventions annexes.

L’isolation

Lorsqu’il est décidé de faire des rénovations de toiture impliquant, a minima, la dépose de la totalité de la couverture, c’est clairement l’occasion de se pencher sur les possibilités d’isolation par l’extérieur. Une telle solution est particulièrement intéressante dans le cas de combles aménagés ou aménageables, car elle ne vient pas grignoter de précieux mètres carrés au sein du logement.

Voici les trois grandes solutions de cette isolation par l’extérieur :

Les panneaux sandwich

Le sarking

Le caisson chevronné

Comme vu précédemment, il existe, pour les toits en bac acier, la possibilité de recourir aux panneaux sandwichs qui embarquent une couche isolante.

Cette solution offre l’avantage de permettre la pose de l’isolant et de la couverture en une seule opération.

Extrêmement efficace, le sarking est une rehausse de toiture permettant l’intégration d’un isolant entre la charpente et la couverture.

Ce sont ainsi plusieurs strates (pare vapeur, isolant, écran sous toiture, contre lattage et liteaux) qui permettent d’obtenir un coefficient thermique R de 8, voire plus. 

En amont de tels travaux, il sera indispensable de s’assurer que la charpente pourra accepter le surplus pondéral.

Avec un coefficient thermique R de 7 environ, le caisson chevronné consiste à intégrer les couches d’isolant entre les chevrons du toit.

La pose d’un velux en création

Refaire une toiture peut aussi être l’occasion parfaite pour créer de nouvelles ouvertures sur le toit afin d’apporter plus de lumière naturelle au sein des combles aménagés. 

Dès lors, la pose d’un Velux est tout à fait possible et sera d’autant plus simple après avoir déposé la couverture. Il faudra penser un châssis adapté pour l’installer et faire le choix du type d’ouverture et du matériau parmi les multiples solutions possibles en la matière.

Les traitements de charpente

Bien entendu, dans le cadre des travaux de rénovation d’une toiture, il est aussi intéressant d’envisager les éventuels traitements nécessaires aux boiseries utilisées pour la charpente. Ces traitements permettent de protéger le bois et, donc, de prolonger sa durée de vie.

Selon les besoins, il est ainsi envisageable de procéder à :

  • un traitement hydrofuge : ce dernier permet de lutter contre les problèmes d’humidité ;
  • un traitement fongicide : il a pour objectif de protéger le bois contre les champignons et moisissures ;
  • un traitement insecticide : celui-ci vise la lutte contre les insectes xylophages pouvant s’attaquer aux structures.

Le changement de pente ou la rehausse de toit

Un autre poste peut être envisagé lors de travaux de réfection de toiture lorsque la couverture doit être intégralement déposée, à savoir ceux visant à la modifier. Généralement, il est question de changement de pente ou de rehausse de toit, des opérations visant à ajouter de nouveaux espaces habitables dans le logement. 

Voici, donc, les deux grandes modifications possibles :

Le changement de pente

La rehausse de toit

Pour pouvoir procéder à un changement de pente, il est indispensable, au préalable, d’avoir une toiture présentant une pente d’au moins 30°.

Une fois les modifications effectuées sur la charpente, il faudra prévoir une surface de couverture plus grande qu’à l’origine, et donc disposer de plus de tuiles, d’ardoises ou autres.

Concernant la rehausse, l’enjeu est de réaliser un travail de maçonnerie (ajout d’un rang, voire deux, de parpaings par exemple). Cette opération permet de remonter automatiquement la charpente d’un cran.

Dans les deux cas, la hauteur sous plafond devient plus confortable pour les occupants.

Quand faut-il faire une rénovation de toiture ?

De multiples raisons peuvent pousser à se tourner vers une rénovation de la toiture. Que ce soit lors de l’achat d’un bien ou pour l’entretenir après un certain temps, voici les différents cas pouvant se présenter à vous :

Poste concerné

Explications

La charpente*

Le vieillissement naturel 

Au fil du temps, le bois vieillit et laisse apparaître les effets de ce vieillissement. Ainsi, plusieurs raisons peuvent être citées :

– la charpente subit les effets des mouvements de terrain qui peuvent l’abîmer ;

– les poutres sont attaquées par des problèmes d’humidité (via la condensation, des fuites, voire des catastrophes naturelles ayant arraché la couverture) ;

– les poutres perdent de leur superbe, lorsqu’elles sont apparentes le souhait est alors de leur offrir une seconde jeunesse.

L’apparition de champignons 

La charpente, lorsqu’elle est attaquée par des champignons, est fragilisée et doit rapidement être traitée, voire réparée.

L’apparition de nuisibles 

A l’instar des champignons, les nuisibles affaiblissent les poutres. Les dégradations infligées par les insectes xylophages peuvent être plus ou moins profondes. Ainsi, selon le niveau de dégradation, il sera possible de monter crescendo en type de réponse avec :

– les traitements

– le cerclage métallique

– le remplacement des poutres trop atteintes

Les projets de réaménagement

Une autre raison est celle du besoin de réaménagement des combles. Ainsi, ce sont les solutions de la rehausse ou de la modification de pente afin de permettre l’installation d’un étage confortable.

La couverture

Comme pour la charpente, le besoin de refaire la couverture peut émaner de diverses raisons.

Le plus souvent, ce besoin découle de l’usure du temps. Selon les matériaux de couverture, il peut notamment y avoir des problèmes de porosité. 

Voici quelques signes d’alerte qui doivent être pris au sérieux afin d’éviter que les dommages ne soient trop importants, voire irréversibles :

– éléments visibles de tous :

   * simple ruissellement ou fuites sur les murs ;

   * amas de mousses en toiture ;

   * moisissures, tâches d’humidité, champignons sur les plafonds ou les murs.

– éléments visibles des professionnels :

   * défaut d’isolation avec déperdition de chaleur ;

   * charpente dégradée ;

   * air vicié.

Des vents violents ou des chutes d’arbres peuvent aussi causer de gros dégâts, dont un découvrement du toit.

Par ailleurs, les modifications de charpente peuvent aussi être l’occasion de revoir la couverture, que ce soit pour une remise à neuf avec le même matériau ou pour en changer pour passer, par exemple, sur un panneau sandwich.

* Notez que, en pratique, il faudra rénover la charpente tous les 20 à 30 ans.

Les démarches administratives

Bien sûr, selon les travaux de réfection de toiture envisagés, il se peut qu’il y ait quelques démarches à effectuer auprès des services d’urbanisme de votre commune.

Si ces démarches sont inutiles dans le cadre d’une simple rénovation à l’identique, pour d’autres travaux modifiant l’aspect extérieur, la hauteur ou la pente, il faudra faire les demandes appropriées.

Pour exemple, il sera justifié de faire une déclaration préalable de travaux si l’objectif est de changer de type de couverture (passer de la tuile au bac acier) ou d’ajouter une ouverture telle un Velux.

Si c’est un changement plus conséquent comme une rehausse de toit ou un changement de pente, il sera alors indispensable d’en passer par un permis de construire.

Par ailleurs, avant même d’entreprendre des travaux et de préparer vos plans, il convient de consulter le Plan Local d’Urbanisme. En effet, ce dernier peut apporter un certain nombre de renseignements quant aux possibilités et interdictions appliquées sur la commune en termes de construction. Par exemple, il peut imposer un revêtement plutôt qu’un autre ou, a minima, une couleur de toiture. 

Et si votre logement est placé dans une zone classée, il faudra, en sus, se rapprocher des architectes des Bâtiments de France afin d’obtenir leur validation.

Les aides financières

Il n’existe aucune aide particulière pour financer des travaux de réfection de toiture. Toutefois, si votre projet embarque également des travaux d’isolation, des aides peuvent vous être accordées dans le cadre des travaux d’amélioration énergétique. Ces travaux devront souvent être réalisés par des professionnels RGE.

Ainsi, sous certaines conditions, vous pourrez bénéficier des aides suivantes :

  • aides de l’ANAH
  • MaPrimeRenov’ 
  • Certificats d’Economie d’Energie 
  • TVA à taux réduit de 5.5 %
  • éco prêt à taux zéro 
  • aides locales

FAQ

Je souhaite remplacer mon toit de chaume par un toit en ardoises. Est-ce possible ?

Tout est toujours possible. Toutefois, le poids de l’ardoise étant bien plus conséquent que celui du chaume, vous devrez d’abord vous assurer que votre charpente peut supporter cette nouvelle couverture. Un professionnel pourra vérifier ce point en amont. Par ailleurs, vous devrez aussi vous renseigner en mairie afin de savoir si un tel changement est autorisé sur votre commune.

La charpente de ma maison, récemment achetée, est à revoir à cause de gros soucis d’humidité. Les ardoises, elles, semblent en bon état. Faudra-t-il les remplacer aussi pour travailler sur la charpente ?

Lorsqu’il faut revoir en profondeur une charpente, il est tout à fait possible d’effectuer une dépose “propre” de la couverture. Cela veut dire que les ardoises seront déposées avec précaution et stockées de manière à pouvoir les remettre en place ensuite. Ce type d’intervention demande un budget assez conséquent puisqu’il faut déposer et reposer la couverture, sans compter le travail à faire sur la boiserie.

J’ai un doute sur l’état de la couverture de la maison que je projette d’acheter. Comment être rassuré ?

Lors de la démarche d’achat d’une maison, il est possible de faire appel à un couvreur qui pourra, en amont, effectuer un diagnostic. Ce dernier pourra ainsi mettre en lumière les éventuels problèmes, que ce soit au niveau de la charpente ou de la couverture. Par exemple, il inspectera les poutres afin de contrôler l’absence de nuisibles ou de champignons. Il fera un état des lieux de la couverture pour déterminer si des réparations sont nécessaires et pourra même vérifier si des traces d’humidité trahissent un problème d’étanchéité.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire