La peinture après un dégât des eaux: comment gérer? A quel prix?

Un dégât des eaux, qu’il soit sur un mur ou un plafond représente une tâche disgracieuse sur votre support. Sa résolution et une nouvelle peinture peut en venir à bout. Nous allons vous présenter les étapes à suivre ainsi que la peinture à utiliser pour effacer la trace d’humidité.

Le coût d’une peinture après dégât des eaux

Naturellement, réparer un support mural ou bien votre plafond après un dégât des eaux représente un coût. La peinture ne pouvant être réalisée directement après la fuite ou l’infiltration, plusieurs travaux seront à votre charge.

Notez toutefois que dans la plupart des contrats d’assurance habitation, les dégâts des eaux et leurs conséquences sont pris en charge en cas de sinistre avéré. Un expert se déplacera alors à votre domicile afin d’étudier la situation.

 

Poste de travaux

Prix

 

 

 

Réparation, traitement et préparation du support

Recherche de fuite

250 à 500 €

Tarif horaire plombier

40 à 70 €

Réparation infiltration toiture

à partir de 850 €

Appareil pour assèchement

70 à 150 € la journée de location

Placo

30 à 40 € / m² en pose et fournitures

Enduit

10 à 20 € / m² en pose et fournitures

 

 

 

 

 

 

 

 

Travaux de peinture

Type de peinture

Prix au m² hors pose

Anti-humidité

1,5 à 7 €

Anti-condensation

3 à 5 €

Vinyle

3 €

Acrylique

5 €

Glycéro

4 à 10 €

Polyuréthane

6 à 8 €

Prestation

Prix

Tarif d’un peintre

22 à 55 € de l’heure

Trouver l’origine du problème

Avant même de songer à commencer les travaux de retouches et de réparation des supports, il est indispensable de connaître la source du problème du dégât des eaux. Il serait en effet inutile de repeindre alors même que des infiltrations perdurent.

L’identification peut être compliquée s’il s’agit d’une fuite à l’intérieur du mur mais aussi très simple s’il s’agit seulement d’une baignoire qui déborde à l’étage et dont l’eau s’infiltre dans le plafond.

En cas de débordement ou de fuite apparente, il sera très simple de résoudre le problème.

En cas de canalisation ou de conduite d’eau percée au sein même du support, l’appel à un plombier sera indispensable.

Plusieurs types de recherches seront alors possibles, variant de 250 à près de 500 € en fonction de la technique employée (gaz traceur, humidimètre, fumigène, caméra thermique…). Il faudra ensuite ajouter le tarif horaire du plombier pour la réparation qui dépendra du degré d’importance de la fuite, soit entre 40 et 70 € de l’heure.

Une infiltration liée à la toiture sera réglée par un couvreur, il faudra débourser au moins 850 € pour résoudre un tel problème.

Réparer la fuite, une opération préliminaire

La réparation d’une fuite est faite de toute urgence afin d’éviter les dégâts trop importants. Notez qu’une fuite le dimanche ou un jour férié vous coûtera plus cher à réparer. Le montant peut être majoré de 50 %, surtout si vous habitez en Île-de-France par exemple.

Cette étape de la résolution de vos dégâts des eaux passe avant toutes les autres afin d’être certain de retrouver une installation qui fonctionne parfaitement et sans problème qui ne détériore pas les travaux fraîchement réalisés.


Traiter l’humidité du support

La peinture est l’étape finale d’une réparation de dégât des eaux.

Une fois la source de l’humidité identifiée puis traitée, il convient de se pencher directement sur l’humidité du support. Une fuite réparée ne signifie pas que le mur ou le plafond soit prêt à accueillir une nouvelle peinture. Au contraire, l’humidité encore présente au cœur du support est néfaste pour le support en lui-même, pour la peinture que vous souhaiteriez appliquer mais aussi pour votre santé car source de développement de moisissures.

Il faut impérativement assécher les murs.

Laisser sécher naturellement

Une fois la source du problème résolue, le mur ou le plafond sèche tout seul. Des conditions sont néanmoins importantes à respecter pour accélérer ce processus.

Il est primordial de ne pas laisser la pièce à traiter, confinée. Il faut créer des courants d’air en cas d’absence de ventilation. Ce changement d’air favorisera l’assèchement plus rapide du support.

Optimiser le séchage

Des méthodes existent pour optimiser le séchage du support. Avant tout, mettons un terme aux idées reçues en vous déconseillant de chauffer la zone humide directement. Le chauffage soufflé en direct sur l’humidité favorise le développement de champignons mais surtout de fissures qui endommagent parfois plus le support.

Il sera néanmoins possible :

  • D’employer un déshumidificateur qui peut être électrique ou non. Dans son format électrique, l’air est aspiré puis traité par la machine pour en extraire l’eau. Son format classique correspond à la disposition de cartouches absorbantes dans la pièce qui captent l’eau de l’air ambiant et assèchent les supports progressivement.
  • De choisir une centrale avec système d’aspiration et d’expulsion, forme plus développée et plus curative par rapport au déshumidificateur. Le traitement est rapide.
  • D’utiliser une centrale d’assèchement par champs magnétiques, surtout utilisée pour résoudre un problème d’humidité par capillarité.

La location d’appareils de ce type coûte entre 70 et 150 € par jour selon la puissance de l’appareil.


Réparer le support

La réparation du support intervient en cas de gros dégât des eaux. Cela pourra en passer par une petite réparation ciblée et peu coûteuse jusqu’à un emplacement plus important.

Un remplacement

Le remplacement intervient en cas de dégât des eaux important. Si la trace d’humidité est grande par sa taille ou bien qu’elle ait trop imbibée le support, casser et remplacer s’avère être la solution à la fois la plus rapide mais aussi la plus saine en repartant sur une base propre.

En présence de plaque de plâtre on essaiera d’extraire les parties à remplacer. Si la manœuvre est impossible, une pause de plaque à neuf sur rail afin de créer un vide d’air et empêcher un développement d’humidité, sera la solution adaptée. On compte ainsi entre 30 et 40 € le m².

Une réparation ciblée

Une réparation est dite ciblée si elle intervient sur une zone en particulier. Une tâche au plafond ou dans un coin de mur par exemple, pouvant être traitée sera facilement réparée. On commencera par retirer tout revêtement qui a cloqué à l’aide d’une spatule. Si une fissure s’est créée, on l’agrandit et on retire tout ce qui est en mauvais état. Un enduit est ensuite appliqué sur un support sain.

10 à 20 € sont à affecter au m² d’enduit posé.


Les risques de peindre par-dessus l’humidité

Il est inutile de peindre par-dessus un support encore humide. Qu’il s’agisse d’un mur ou d’un plafond les étapes précédemment exposées sont indispensables.

Si vous tentez de repeindre directement, voici ce dont vous risquez :

  • La peinture qui cloque ;
  • La peinture qui ne sèche pas ;
  • La création d’un film empêchant au support de sécher, provoquant donc sa pourriture ;
  • Développement des champignons et risque sanitaire ;
  • Détérioration du revêtement (papier peint).

Vos actions seront vaines et vous n’aurez qu’à tout recommencer si vous n’attendez pas un séchage complet.


Quelle peinture choisir?

Une fois le déroulement complet de la réparation de vos supports réalisée, vous pouvez faire place à la peinture.

Ici, vous aurez le choix entre plusieurs peintures à actions curatives ou bien préventives ou bien une peinture plus classique.

Repeindre l’intégralité du support

Avant tout, même si votre zone dégradée est petite, repeindre une seule petite partie de votre support peut être disgracieux.

Par souci d’esthétique, il est conseillé de repeindre l’intégralité du support. Avec le temps, les couleurs changent de ton, même si vous retrouvez la même référence de peinture, vous observerez une nuance entre la peinture fraîche et l’ancienne.
Ainsi, le plafond sera revu en entier tout comme le mur traité.

C’est d’ailleurs l’occasion de repenser vos couleurs et vos peintures qui, rappelons le, sont à rénover tous les 7 ans.

Dans tous les cas, la peinture pourra être commencée dès lors que le taux d’humidité du mur ou du plafond est inférieur à 10 %. Un humidimètre permettra de vous rendre compte de ce taux.

La peinture anti-humidité

Il existe des peintures anti-humidité qui peuvent être apposées sur des supports situés dans les pièces humides. Elle sera ainsi idéale dans votre salle de bain, pièce sujette aux dégâts des eaux.

Appliquée sous la forme d’une sous-couche, la peinture anti-humidité a une action pare-vapeur mais aussi protectrice sur les parois froides. Elle est très couvrante et effacera mieux votre tâche d’humidité tout en protégeant la nouvelle peinture.

On compte entre 15 et 35 € le litre de peinture, sachant qu’un litre est capable de recouvrir entre 5 et 10 m². Le m² revient donc entre 1,5 et 7 € hors pose.

La peinture anti-condensation

Lorsque sa fonction est anti-condensation, la peinture possède un ajout de microbilles de verre et lutte contre l’apparition de condensation sur les murs. Elle est idéale dans une salle de bain dont la ventilation est faible voire inexistante, ou toute autre pièce aveugle et froide.

Elle assure une bonne protection des supports face à une condensation qui humidifierait le mur provoquant sa détérioration par les moisissures.

À un prix de 25 € le litre permettant de couvrir entre 6 et 8 m², le coût de revient hors pose de cette peinture est de 3 à 5 € le m².

Une peinture classique

Lorsqu’on parle de peinture classique, nous ciblons les plus utilisées du marché par les particuliers mais aussi les professionnels.

On distingue :

  • La vinyle
  • L’acrylique
  • La glycéro
  • La polyuréthane

Le choix se portera en fonction de la zone d’application, de son prix, mais aussi de son rendu en fonction de sa finition (brillante, satinée, mate, pailletée…).


Prix de la pose

La peinture se doit d’être posée dans les règles de l’art. Un peintre est donc l’artisan idéal pour venir à bout de votre chantier.

Les sociétés de peinture possèdent 2 manières de facturer leurs services :

  • Un tarif à l’heure comprenant le temps passé par l’artisan pour réaliser le chantier. Les fournitures sont en supplément. On compte entre 22 et 55 € de l’heure TTC selon l’ancienneté et la complexité du support.
  • Un tarif au m² tout compris entre 36 et 48 € TTC.

Dans tous les cas demandez plusieurs devis auprès d’artisans différents afin de comparer les offres.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire