Prix d’une pompe à chaleur pour une maison de 300 m²

La pompe à chaleur (PAC) est un mode de chauffage de plus en plus plébiscité, en neuf comme en rénovation. Ceci s’explique notamment par ses performances, son faible coût d’utilisation, mais aussi par son caractère écologique qui permet de limiter l’empreinte carbone d’un logement. Nous faisons le point sur le prix d’une pompe à chaleur pour une maison de 300 m².

Prix d’une pompe à chaleur maison 300 m² : les critères à prendre en compte

Dans un premier temps, il faut savoir que le coût d’une pompe à chaleur pour équiper une maison de 300 m² sera fonction d’un certain nombre de paramètres qu’il est important de prendre en considération. 

Ainsi, le prix de cet équipement est caractérisé par :

  • le choix de la source d’énergie de la PAC
  • les performances de l’appareil : puissance et coefficient de performance
  • la marque du modèle
  • le professionnel chargé de la mise en place de la pompe à chaleur

Globalement, il faut garder à l’esprit que la pose d’une PAC revient environ entre 60 et 150 € par mètre carré à chauffer. Ce tarif comprend la pose et les fournitures.

Prix d’une pompe à chaleur pour une maison de 300 m² selon le type de PAC

Le tableau qui suit expose le prix d’une pompe à chaleur, selon la nature de l’équipement, pour une maison de 300 m² :

Modèle de pompe à chaleur Prix en fourniture seule
PAC air/air 5 000 à 10 000 €
PAC air/eau 10 000 à 16 000 €
PAC eau/eau 15 000 à 25 000 €
PAC sol/eau

Coût d’installation d’une PAC pour une maison de 300 m²

Il faut savoir que le coût d’installation d’une pompe à chaleur est fonction de plusieurs critères qui sont les suivants :

  • le professionnel choisi pour réaliser la pose
  • la zone géographique : dans les grandes villes les tarifs sont souvent supérieurs
  • la puissance de l’appareil
  • le nombre de modules à mettre en place

En termes de prix de main d’œuvre voici quelques indications à garder à l’esprit :

Modèle de pompe à chaleur Prix de pose
PAC air/air 1 000 à 2 000 €
PAC air/eau 2 000 à 4 000 €
PAC eau/eau 5 000 à 10 000 €
PAC sol/eau 5 000 à 15 000 €

Pour information, pour une pompe géothermique de type sol/eau, il faut compter 100 € par mètre linéaire de forage.

Pour de telles prestations, il est vivement conseillé de demander plusieurs devis auprès de professionnels différents afin de pouvoir comparer les tarifs et faire jouer la concurrence. Il est préférable d’opter pour des artisans RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Quel est le fonctionnement d’une PAC ?

Une pompe à chaleur est un mode de chauffage écologique et économique. Son mode de fonctionnement se base sur l’utilisation de sources d’énergies renouvelables. Sa mise en place peut se faire en neuf comme en rénovation. Dans le second cas de figure, il est possible de le raccorder au réseau de chauffage central si la PAC vient en remplacement d’une chaudière par exemple ou bien de mettre en place des émetteurs si le logement n’en n’est pas pourvu. 

Pour ce qui est du fonctionnement, la PAC capte les calories dans l’air, l’eau ou encore dans le sol selon la nature de cette dernière. Grâce aux fluides frigorigènes qui l’équipe, elle est alors en mesure de réaliser les changements d’état de ces calories afin de les transformer en chaleur au sein de l’habitat. 

Voici les principaux modèles de pompes à chaleur présents sur le marché :

  • la PAC air-air : cette version puise les calories présentes dans l’air extérieur pour les insuffler dans l’air intérieur via le module placé en intérieur. Il s’agit du modèle le moins performant actuellement sur le marché. Pour une maison de 300 m², la PAC air-air ne sera pas suffisante. 
  • la PAC air-eau : l’équipement récupère l’énergie dans l’air extérieur pour chauffer l’eau du réseau de chauffage central ou bien pour chauffer l’eau du réseau sanitaire. C’est un modèle très plébiscité grâce à son bon rapport qualité/prix.
  • la PAC eau-eau : les calories sont issues d’une nappe phréatique puis transmises dans le réseau de chauffage du logement. Une telle PAC nécessite de réaliser un forage et la présence d’un point d’eau pour y capter l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’équipement. C’est un modèle très performant. 
  • la PAC sol-eau : des capteurs verticaux ou horizontaux selon la superficie de terrain disponible permettent alors de collecter l’énergie présente dans le sol, de la réchauffer puis de d’insuffler dans le réseau central de chauffage ou dans le réseau sanitaire. Il s’agit de la version de PAC la plus performante, notamment pour les grandes superficies comme l’est une maison de 300 m². De plus, il est possible de trouver des modèles réversibles pouvant alors rafraîchir l’air ambiant en été et donc être rentabilisés tout au long de l’année.

Comment bien dimensionner sa PAC pour une maison de 300 m² ?

Il est primordial de bien définir le dimensionnement de sa PAC, car il en va du bon fonctionnement de cette dernière pour assurer son rôle de chauffage, voire de production d’eau chaude à la perfection. 

Les critères pour bien dimensionner une PAC

Pour ce faire, il est nécessaire de s’appuyer sur plusieurs caractéristiques qui sont les suivantes :

  • la superficie à chauffer : elle permettra de déterminer la puissance nécessaire de l’appareil afin que ce dernier ne soit pas en sous-régime et, auquel cas, il ne pourra pas produire la chaleur nécessaire pour l’intégralité du logement ou bien en surrégime, car dans cette configuration, la PAC n’aura pas de mal à assurer son rôle, mais consommera plus d’énergie qu’elle n’en n’a réellement besoin. 
  • les besoins du logement : les températures de confort des habitants, la production d’eau chaude sanitaire incorporée à l’équipement.
  • les particularités de la maison : le niveau de l’isolation du logement, le nombre et la qualité des surfaces vitrées, la présence d’étage, la hauteur sous plafond…
  • le climat : selon la localisation géographique, les températures extérieures peuvent être plus ou moins rudes et donc nécessiter un équipement plus ou moins puissant pour pallier ces températures hivernales.

Le Coefficient de Performance (COP)

Le coefficient de performance, aussi trouvé sous l’appellation de COP est un indicateur précieux qu’il est important de ne pas négliger. En effet, il permet d’indiquer la performance de l’appareil. En réalité, le coefficient de performance représente le rapport entre l’énergie qui est consommée et celle qui est restituée. Il faut savoir que plus le COP est important et meilleure sera l’efficacité de la PAC. Les meilleurs équipements disposeront d’un COP de 7 ou supérieur à 5 tout du moins. Pour les moins efficaces, le COP sera inférieur ou égal à 3.

Un COP de 7 signifie que pour un 1 kWh consommé, 7 sont restitués par l’équipement.

En plus du COP, il peut être intéressant de regarder les températures extérieures que la pompe peut couvrir. Certains modèles assurent un bon niveau de fonctionnement avec des températures allant jusqu’à – 25 °C tandis que d’autres, à – 5 °C devront disposer d’un mode de chauffage complémentaire qui prendra le relai en cas de difficulté à chauffer le logement. 

Quelle puissance pour une PAC ?

Pour un bon confort thermique au sein du logement, opter pour la bonne puissance pour une PAC est indispensable. Cela est intrinsèquement lié à la superficie qu’il faut chauffer et si l’équipement doit également assurer la production d’eau chaude sanitaire

Pour déterminer la puissance en Watt nécessaire, il est possible de réaliser un calcul : 

  • P = V x C x T

V = volume de la maison en m³

C = coefficient de construction en W/(°C.m³). Il dépend de l’année de construction du logement et de son niveau d’isolation.

Voici quelques indications pour le coefficient de construction qui figure sur le DPE (Diagnostic des Performances Énergétiques) du logement :

Coefficient de construction Valeur 
1.6 logement extrêmement mal isolé
1.3 réalisation de la maison entre 1974 et 1982, logement mal isolé
1.15 réalisation de la maison entre 1983 et 1989 avec une isolation classique
0.95 réalisation de la maison entre 1990 et 2000
0.8 réalisation de la maison entre 2001 et 2006 
0.75 réalisation de la maison entre 2007 et 2012
0.4 excellente isolation

T (en °C) = différence entre la température intérieure de consigne et la température extérieure minimale. Cette température est définie sur la base des températures les plus basses au sein de la zone climatique. La France est principalement découpée en 3 grandes zones climatiques notées H1, H2 et H3.

Il faut noter que ce calcul ne prend pas en compte la production d’eau chaude sanitaire. 

Par exemple, avec :

  • V = 600 m³
  • T = 19°C (température intérieure de consigne) – (-10 °C, température extérieure la plus basse) = 29 °C
  • C = 0.75

P = 600 x 29 x 0.75 = 13 050 W soit 13 kW

Quel est l’entretien d’une PAC ?

Un entretien régulier d’une pompe à chaleur est nécessaire. Pour les pompes à chaleur de plus de 4 kW, cet entretien doit se faire tous les 2 ans maximum. Il est toutefois conseillé d’en réaliser un tous les ans. 

Concernant le renouvellement des fluides frigorigènes, cela se fait tous les 5 ans en moyenne.

Un contrat d’entretien avec l’installateur peut être conclu pour réaliser ces travaux de maintenance. Pour ce faire, il faudra compter un coût de 150 € par an.

FAQ

Quel modèle de pompe à chaleur est-il préférable de privilégier pour couvrir les besoins d’une maison de 300 m² ?

Pour couvrir les besoins d’une maison de 300 m², il peut être préférable d’opter pour une PAC géothermique car les performances sont meilleures. Il est conseillé d’éviter les PAC air-air qui ne sont pas assez puissantes pour de telles superficies, mais sont plutôt adaptées à de petites surfaces. 

Sur-dimensionner une PAC est-il préférable pour être certain que la PAC assure parfaitement son rôle ?

Le rôle d’une pompe à chaleur est de produire du chauffage, de l’eau chaude sanitaire ou encore de rafraîchir un logement si l’équipement est pourvu de la fonction réversible de manière écologique et économique en plus du gain en termes de confort thermique. En surdimensionnant une PAC, l’équipement jouera pleinement son rôle et ne peinera pas à la tâche. Toutefois, l’appareil consommera plus d’énergie que nécessaire et les économies seront donc moindres, en plus du surcoût pour l’acquisition d’un équipement plus performant bien entendu.

Est-il obligatoire de passer par un professionnel RGE pour la pose d’une pompe à chaleur ?

Il n’est pas du tout obligatoire de passer par un professionnel RGE pour la pose de sa PAC. Toutefois, si vous souhaitez bénéficier d’aides pour amortir cet investissement, l’artisan RGE sera, dans ce cas, obligatoire. Lui seul permettra de vous ouvrir les droits à ces subventions. C’est en effet un critère d’éligibilité. Pour être certain de choisir un artisan RGE digne de confiance, un annuaire des professionnels RGE mis en place par le gouvernement est disponible. 

Existe-t-il des aides pour l’installation d’une pompe à chaleur ?

Selon le modèle de pompe à chaleur pour lequel vous optez, il existe en effet des aides afin de limiter le poids financier d’un tel achat. Il vous est possible d’obtenir un éco Prêt à Taux Zéro, les aides de l’Anah ou encore une TVA réduite à 5.5 %.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire