Prix d’une chaudière à très haute performance énergétique en 2021

Que ce soit pour bénéficier des meilleures aides possibles ou pour réaliser des économies d’énergie optimales, vous serez intéressé pour tout savoir sur le prix des chaudières à très haute performance énergétique 2021. Les modèles évoluent, les aides également, prenez connaissance de tout ce que vous devez savoir et des conseils que peuvent vous apporter nos professionnels.

options chaudiere gaz

Le tarif d’une chaudière THPE en fourniture

En choisissant une chaudière à très haute performance énergétique, vous devrez débourser une somme allant de 3 000 à 7 000 €, selon le modèle choisi.

Cette somme sera, en partie, prise en charge par des aides, sous certaines conditions, comme nous le verrons par la suite.

Que ce soit dans du neuf, mais aussi pour de la rénovation, il sera intéressant d’étudier les économies d’énergie que pourra vous permettre ce matériel afin de connaître la rentabilité de cet investissement.

En général, on considère que, par rapport à une chaudière classique, il est possible d’amortir l’installation d’une chaudière THPE sur une période de l’ordre de 5 ans, compte tenu des économies d’énergie et des aides disponibles.

La pose d’une chaudière THPE

L’installation d’une chaudière à Très Haute Performance Énergétique est possible dans tout type de logement.

En neuf, elle se connecte au circuit de chauffage central qui devra l’accompagner, que ce soit des radiateurs à eau ou un plancher chauffant, parfois les deux.

C’est aussi pourquoi, en rénovation, elle pourra remplacer un matériel existant pour assurer des performances meilleures et influer sur la facture d’énergie par une baisse très sensible de la consommation.

Elle nécessite alors un certain nombre de raccordements complémentaires, comme :

    • raccordement au combustible
      Selon les cas, ce sera du fioul, plus rarement à l’avenir, comme nous le verrons avec la fin des installations de chaudières au fioul à partir de 2022, au gaz de ville, au propane, au bois ou aux granulés.
      Il faudra alors, soit un espace de stockage, soit un raccordement direct (gaz naturel), lorsque l’alimentation passe à proximité du domicile.
    • raccordement pour l’extraction des fumées de combustion
      Ces fumées étant composées de monoxyde de carbone, il est indispensable de les évacuer. Une extraction qui pourra se réaliser au travers d’un conduit de fumée existant qui sera idéalement tubé pour assurer une étanchéité sans faille, ou par un raccordement ventouse qui consiste en un double raccordement (sortie fumées et entrée d’air frais). Ce principe ventouse peut alors se réaliser en vertical, comme un conduit, ou en horizontal, à travers un mur donnant sur l’extérieur. En collectif, il arrive que le circuit de la VMC soit utilisé, avec toutes les sécurités nécessaires, en cas de panne, afin que le monoxyde de carbone ne puisse pas être réintroduit dans les logements. 
  • raccordement au réseau d’eaux usées
    La chaleur récupérée dans les fumées se découpe en calories et en vapeur d’eau. Cette dernière doit être évacuée et le sera donc par le circuit d’eaux usées du domicile, nécessitant alors un raccordement direct. Un raccordement qui devra aussi être parfaitement étanche.

Le lieu d’installation de cette chaudière dépendra de sa puissance et de sa taille, sachant qu’il existe des modèles au sol ou muraux, ces derniers étant généralement moins encombrants, mais nécessitant un mur solide pour leur fixation.

Les nouvelles chaudières n’étant pas plus bruyantes que les autres appareils électroménagers, elles peuvent s’installer dans un sous-sol, un garage, mais aussi une buanderie ou une arrière-cuisine.

En cas d’installation dans un sous-sol, la liaison avec l’évacuation des eaux usées peut nécessiter l’ajout d’une pompe de relevage (200 à 300 €).

En rénovation, il faudra inclure la dépose de l’ancienne chaudière, mais aussi le désembouage de toute l’installation de chauffage central, pour assurer un fonctionnement optimal, sans perte de chaleur.

Pour assurer une installation dans les règles de l’art, il faut bien évidemment s’en remettre à un professionnel qualifié.

Le prix de pose d’une chaudière THPE

Aussi, on peut évaluer le prix d’installation d’une chaudière seule, avec ses divers raccordements qui s’y rapportent, dans une gamme de prix s’étendant entre 500 et 1 500 €.

Le prix plus précis dépendra de :

  • le principe de pose (mural ou au sol) ;
  • la complexité du modèle choisi ;
  • l’énergie qui s’y rapporte ;
  • la présence des liaisons à proximité ou non ;
  • le logement ;
  • la région d’installation ;
  • le tarif du professionnel.

Ainsi, le raccordement au gaz de ville nécessitera une plus-value de l’ordre de 1 000 € sur la facture.

Les avantages d’une chaudière THPE

Ainsi, l’installation d’une chaudière THPE se fera dans un véritable but d’économie d’énergie, en tout premier lieu, une économie d’énergie qui se traduit évidemment par un coût de fonctionnement moindre en regard d’une chaudière classique.

Bien évidemment, de cette énergie moindre dépensée découle aussi une réduction d’émission de polluants qui sera bénéfique pour l’environnement.

Et, de cet ensemble, malgré un surcoût matériel, grâce aux nombreuses aides que nous étudierons ensuite, il en résulte un prix final qui reste tout à fait abordable et qui, en plus de l’intérêt de l’installer dans une maison neuve, sera également tout à fait envisageable dans le cadre d’un changement de chaudière, grâce à un amortissement rapide.

Les différentes notions de rendement

La chaudière à très haute performance énergétique se caractérise par certains critères dont le premier est, évidemment, son efficacité.

Le rendement

Le rendement d’une chaudière est calculé pendant son activité et il est fréquent d’avoir, aujourd’hui, des chaudières avec des rendements supérieurs à 100 %.

C’est le rapport entre l’énergie consommée et l’énergie produite, que ce soit au niveau du chauffage ou au niveau de la production d’eau chaude.

Les chaudières à condensation, récupérant des calories supplémentaires dans les fumées extraites, sont alors dans ce cas.

L’Efficacité énergétique saisonnière (ETAS)

C’est une directive européenne qui est à l’origine de cet indicateur. L’Energy-related Product, ou ErP, a pour but de surveiller la norme environnementale relative aux produits de chauffage depuis septembre 2015.

L’ETAS est un rendement spécifique qui ne se contente pas de prendre en compte le rendement de la chaudière durant son fonctionnement, mais calcule ce rendement durant l’ensemble du cycle de chauffe, y compris avec les mises en veille ou les inactivités.

Ainsi, la très haute performance énergétique se définit lorsque l’ETAS atteint au moins 92 %. Ce qui concerne alors les chaudières à condensation individuelles et, parfois, quelques modèles de chaudières basse consommation.

Bien sûr, les constructeurs sont tenus d’afficher cet indicateur au niveau de leur appareil.

Le label THPE

Pour information, si ces modèles THPE sont plus économes et moins polluants, il existe aussi une norme HPE intermédiaire avec un indicateur ETAS à partir de 90 %, au lieu des 92 % des chaudières THPE.

Les différents modèles de chaudière THPE

Si les chaudières THPE correspondent à une norme, elles ne correspondent pas à un modèle. Aussi, on peut retrouver différents modèles de chaudières sous cette norme, aussi bien en mode de fonctionnement qu’en type d’énergie.

Les énergies possibles

Une chaudière THPE peut aussi bien fonctionner à l’énergie fioul, que gaz naturel, propane, bois ou granulés bois.

Avec, quand même, certaines restrictions comme la législation qui vise un seuil maxi d’émission de gaz à effet de serre à 250 gCO2eq/kWh et qui, a priori, élimine tout ce qui est fioul ou charbon comme méthode de chauffage, dans le neuf, à partir du 1er janvier 2022.

Mais le gaz est également visé par de nouvelles normes, ce qui obligera les constructeurs à trouver de nouvelles technologies moins polluantes pour leurs appareils.

Energie

Prix chaudière en fourniture seule

Fioul

de 2 500 à 10 000 €

Gaz

de 1 500 à 8 000 €

Bois

de 7 000 à 15 000 €

Evidemment, ces prix dépendent de la marque, de la technologie et de la puissance, considérant que sont pris en compte des modèles à partir d’une norme minimale de haute performance énergétique.

Les technologies

Dans l’ensemble, la technologie requise pour atteindre ce degré d’efficacité énergétique saisonnière est la condensation, comme déjà présentée.

On trouve certaines chaudières à ventouse parmi ces modèles, ce qui leur permet d’être installées dans de petits espaces, tels qu’un placard, et de convenir, notamment, pour des appartements. Ces dernières disposent donc d’un apport d’air direct associé à la sortie d’air par le principe d’un double tubage. Elles proposent aussi une réduction de consommation supplémentaire.

Il est aussi important de citer les chaudières gaz à micro cogénération qui permettent, au-delà de leur capacité à chauffer, de produire de l’électricité pour sa propre consommation. Toutefois, compte tenu du prix de ces chaudières, elles ne se sont que très peu démocratisées.

Les aides pour une chaudière à très haute performance énergétique 2021

Pour permettre de mieux amortir le remplacement des chaudières actuelles, toute une gamme d’aides est associée aux chaudières à très hautes performances énergétiques.

  • MaPrimeRénov’
    C’est la plus courante des aides qui remplace l’ancien CITE et se trouve désormais liée à des conditions de ressources. Le site du Gouvernement en explique les possibilités selon les énergies, les régions, etc.
  • Habiter Mieux Sérénité
    Cette aide de l’Anah est aussi liée à des conditions de ressources et s’applique sur le montant des travaux.
  • Certificats d’Économies d’Énergie
    Prime de base et Prime “Coupe de pouce rénovation globale” sont offerts par les fournisseurs d’énergie.
  • Aides locales et régionales
    Certaines communes et/ou certaines régions apportent également leur coup de pouce pour le remplacement d’anciennes chaudières estimées polluantes.
  • TVA réduite à 5,5 %
    Elle s’applique sur tous les travaux en lien avec l’économie d’énergie dans le cadre de la rénovation.
  • Eco-prêt à taux zéro ou Eco PTZ
    Cet emprunt peut-être souscrit auprès de banques partenaires pour lesquelles les intérêts sont alors payés directement par l’État.

Ces aides entrent bien dans le cadre de la rénovation et non de l’installation dans une construction neuve. Il faut donc que votre logement soit considéré comme terminé depuis plus de 2 ans.

En outre, ces aides ne seront possibles que si vous faites appel à un professionnel considéré RGE pour la fourniture et la pose de cet équipement.

Les conseils d’un professionnel

Pour en finir avec les chaudières à très haute performance énergétique, les conseils des professionnels qui nous accompagnent complètent ce que vous devez savoir sur ces équipements.

  • L’isolation
    Si une chaudière THPE est une solution pour réaliser de belles économies d’énergie, généralement considérées autour de 20 %, selon le modèle comparé, il ne faut pas, non plus, oublier les économies que vous pourrez réaliser à partir d’un logement parfaitement isolé. Sans parler du meilleur confort qui permet de ne plus ressentir cette impression de courant d’air.
  • La production d’eau chaude
    Installer une chaudière doit aussi faire réfléchir sur la possibilité d’y inclure la production d’eau chaude, surtout lorsque cette chaudière est économique en consommation, comme le cas de celles à la norme THPE. Vous pourrez alors y associer un ballon d’eau chaude en fonction de la consommation du ménage (on considère généralement de 100 à 160 litres pour 2 adultes, de 150 à 190 litres avec un enfant supplémentaire et 200 litres avec deux enfants).
  • Les brûleurs modulants
    Certaines chaudières en sont équipées, ce qui permet une adaptation parfaite au besoin de chauffe de la maison et débouche ainsi sur une économie d’énergie, une combustion plus écologique et un appareil qui dure plus longtemps.
  • Les appareils connectés
    Pour encore plus d’économies et un confort amélioré, il est possible de doter la chaudière d’un thermostat connecté qui permet de mieux en contrôler le fonctionnement, même à distance, ainsi que de mieux suivre sa consommation d’énergie au jour le jour.
    Cette connexion peut aussi permettre des suivis de panne à distance, y compris avec l’installateur, ainsi qu’un rappel de l’entretien.
  • Le niveau sonore
    Selon l’emplacement de l’appareil, c’est aussi un critère que certains ménages devront prendre en compte, sachant que certains modèles ont des niveaux en dessous des 50 dB.
  • L’entretien
    Il faut compter entre 80 et 150 € pour un contrat d’entretien annuel de chaudière, selon le modèle, l’installateur et la région. Cet entretien annuel est obligatoire.

FAQ

Je voudrais mieux connaître la nuance entre chaudière HPE et THPE.

Ces normes de chaudière sont en lien avec leur efficacité énergétique saisonnière (ETAS) et, donc, pas uniquement sur leur fonctionnement, mais sur toute une saison de chauffe, en moyenne.

Est HPE une chaudière dont l’ETAS est au moins de 90 %. Elle passe THPE à partir de 92 %.

C’est pourquoi la norme THPE est alors privilégiée, puisqu’elle permet de meilleures économies d’énergie et est, donc, plus en adéquation avec les normes environnementales.

Ma chaudière a 15 ans et je me demande si je dois anticiper sur sa fin de vie.

C’est une réflexion toujours délicate. Le plus sage est de vous référer à un professionnel qui vous fera une étude personnalisée. Tout dépend du modèle de chaudière que vous possédez, de l’énergie actuelle consommée, de votre logement, de votre région, si votre eau chaude sanitaire est liée, et de vos conditions de ressources.

Ainsi, le niveau de dépense pourra être très variable selon les aides auxquelles vous aurez droit.

On considère généralement qu’il faut autour de 5 ans pour amortir une telle dépense.

De plus, certaines marques de chaudière, au bout de 15 ans, approchent de leur fin de vie. D’autres peuvent tenir 25 ans.

Je suis locataire et dispose d’un ancien modèle de chaudière, assez consommatrice, que dois-je faire ?

Si l’entretien de la chaudière est à votre charge, son remplacement est, par contre, à la charge du propriétaire. Il faut donc convaincre ce dernier pour faire effectuer les travaux. A moins que des pannes fréquentes n’interviennent sur le matériel, il risque d’être réticent puisque, de son côté, il ne pourra pas bénéficier de l’économie d’énergie pour amortir sa dépense, mais seulement compter sur ses rentrées de loyer.

Je voulais connaître le rendement des chaudières à condensation.

On retrouve là la double idée du rendement, le rendement pendant la chauffe et le rendement sur toute une saison de chauffe, appelé aussi ETAS ou efficacité énergétique saisonnière.

Si l’ETAS est imposé à partir de 92 % pour les chaudières THPE, ce qui représente le plus souvent les chaudières à condensation, en rendement de chauffe, ces modèles se placent couramment à 110 %, soit 110 % d’énergie produite par rapport à l’énergie consommée.

Comment savoir si une chaudière est à condensation ?

Les chaudières sont désormais équipées d’un autocollant, comme la plupart des produits, qui présente certaines de ses spécificités, comme son fonctionnement, son niveau sonore, son classement, etc. Vous en trouverez aussi les détails dans les différentes documentations ou dans la déclaration de conformité du fabricant.

Je n’ai pas le gaz de ville à proximité, est-ce que j’ai intérêt à opter pour le gaz propane ?

Le problème du gaz propane est qu’il coûte nettement plus cher que le gaz naturel. Il vous oblige également à un contrat de location pour les citernes et à posséder un emplacement en extérieur pour les placer. C’est donc un calcul complet que vous devrez effectuer pour votre chaudière THPE gaz.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire