Prix d’installation d’un chauffage au gaz pour une maison de 100 m²

Le prix d’installation du chauffage gaz pour une maison de 100 m² est fonction de divers paramètres qu’il est important d’étudier en amont du projet afin d’éviter les mauvaises surprises, ou les mauvais choix. S’en remettre à un expert permet de disposer de toutes les données pour faire le meilleur choix, au meilleur prix.

Prix pose chaudiere gaz

Les prix d’installation d’un chauffage au gaz

Afin de vous aider à mieux cerner le prix d’installation de chauffage au gaz pour une maison de 100 m², voici tout d’abord les différents tarifs auxquels vous devrez faire face dans votre projet.

Postes de dépense

Format

Prix en fourniture et pose

La chaudière

standard

1 100 à 5 000 €

basse température

1 500 à 6 000 €

à condensation

2 000 à 7 500 €

Le conduit d’évacuation des fumées

1 000 à 3 000 €

La cuve (citerne)

pour la pose

300 € 

pour la location

300 € / an

Le réseau hydraulique entre la chaudière et les émetteurs

autour de 10 000 €

Les émetteurs de chaleur

radiateur en acier, aluminium ou fonte

1 500 à 7 000 €

sol chauffant

7 000 à 12 000 € (hors pose)

En outre, selon que vous vous serez tourné vers le gaz de ville ou le gaz propane (que nous évoquerons par la suite), le coût de consommation ne sera pas le même. En effet, le gaz de ville (ou gaz naturel) est moins onéreux que le propane. En termes de coût à l’année, voici une indication portant sur une moyenne :

  • gaz de ville : de 800 à 1 000 €
  • gaz propane : de 1 500 à 2 000 € 

La bonne nouvelle, c’est que selon le modèle de chaudière retenu, il vous sera possible de prétendre à des aides afin d’alléger la facture en lien avec votre investissement. Pour y avoir droit, il vous faudra répondre à certains critères très précis tels que le choix d’une chaudière proposant un rendement de plus de 92 % (soit a minima une chaudière à condensation) et le recours à un professionnel Reconnu Garant de l’Environnement (RGE). 

Lorsque les critères sont respectés, il devient envisageable de bénéficier de MaPrimeRenov’, d’une TVA réduite à 5.5 %, des aides de l’ANAH ou encore d’un eco-PTZ.

La chaudière

Il existe 3 grands principes majeurs de chaudières au gaz que nous allons vous présenter ici.

La chaudière classique 

Avec un rendement de moins de 90 % (plutôt entre 85 et 87 %), la chaudière classique est une des moins technologiques et des moins performantes. Si elle est capable d’offrir rapidement un agréable confort thermique, elle reste par contre assez gourmande en énergie.

La chaudière basse température

La chaudière basse température propose, quant à elle, un rendement de l’ordre de 90 %. Sa particularité consiste à permettre une chauffe du logement avec une eau à basse température. En effet, l’eau diffusée dans le circuit central est de 40 à 50 degrés au lieu des 60 à 90 degrés pour la précédente chaudière. Cela permet de réaliser, déjà, une belle économie d’énergie.

La chaudière à condensation

Enfin, la chaudière à condensation et son rendement de 100 à 110 % est un des modèles les plus avancés en matière de technologie. Lors de son fonctionnement, elle utilise non seulement son combustible, à savoir le gaz, mais aussi la chaleur récupérée de la combustion de ce gaz. En termes de mise en services, elle requiert, par contre, le raccordement au réseau d’évacuation des eaux usées, ce que ne demandent pas les deux versions précédentes.

Notez que, au-delà de ces modèles, il est aussi possible, moyennant des budgets plus conséquents, de vous tourner vers des chaudières hybrides ou à co-génération.

La citerne

Pour alimenter votre système de chauffage, il vous sera possible d’opter pour le gaz de ville ou le gaz propane. Dans le cas du gaz propane, à savoir la solution qui vous sera possible si votre secteur n’est pas raccordé au réseau de distribution du gaz de ville, il vous faudra aussi penser au stockage de votre combustible.

Ce stockage se fait à l’aide d’une citerne pensée à cet effet. Le plus souvent, la citerne est proposée à la location par les fournisseurs d’énergie.

Pour sa mise en place, il faudra prévoir un espace dédié en extérieur ce qui impose un minimum de cour ou de jardin. Par ailleurs, sachez que la cuve pourra être aérienne, et donc simplement posée sur un socle adapté, ou enterrée, devenant quasi totalement invisible. Dans les deux cas, des règles strictes, encadrées par l’arrêté du 30 juillet 1979, sont à observer. La cuve aérienne sera installée à au moins 3 mètres des habitations, d’un terrain privé, de la voie publique ou d’un point électrique. La cuve enterrée verra cette distance revue à seulement 1,5 mètre, mais elle devra aussi être placée à au moins 1,5 mètre sous la terre.

En outre, la présence d’une cuve de stockage de gaz requiert des visites de contrôle régulières (tous les 3 ans), une distance d’un maximum de 35 mètres entre le camion et la cuve pour la livraison et enfin, son accès doit être possible à des engins en cas de besoin.

Une fois installée, la citerne sera ensuite raccordée à la chaudière afin d’en assurer l’alimentation.

Le réseau de chauffage central

Il s’agit ici d’un poste entièrement réalisable par un plombier ou un chauffagiste. Ce réseau consiste en un circuit de tuyauterie dont la vocation est de permettre la circulation de l’eau de chauffage au sein de tout le logement, vers les différents émetteurs de chaleur. 

Il s’agit d’un circuit fermé, c’est-à-dire que l’eau est chauffée, envoyée dans le circuit de chauffage central afin d’alimenter les différents émetteurs puis, elle retourne vers la chaudière pour être à nouveau chauffée.

Si les puristes préfèreront le cuivre pour ce réseau, le PER est désormais tout à fait compatible pour ce type d’installation. L’avantage du PER est sa souplesse et sa facilité de mise en œuvre.

Les émetteurs de chaleurs

Dans la catégorie des émetteurs de chaleur, pour un chauffage central au gaz, deux grandes options sont possibles avec le radiateur ou le chauffage hydraulique par le sol. Dans les deux cas, l’eau véhicule les calories qui seront retransmises au logement pour le chauffer.

Dans le cas du radiateur, son corps de chauffe peut être fait de différents matériaux que sont la fonte, l’aluminium ou l’acier.

Matériau

Explications

le radiateur en fonte

Pérenne et très solide, la fonte est une valeur sûre qui offre, en outre, une excellente inertie. Dès lors, le radiateur en fonte continue de restituer de la chaleur même une fois le chauffage coupé.

Le revers de la médaille est le poids de l’émetteur et sa lenteur de montée en chauffe.

le radiateur en aluminium

Léger et économique, l’aluminium présente par contre une faible inertie.

le radiateur en acier

Relativement léger, l’acier permet une montée en chauffe rapide de la pièce. Toutefois, il refroidit tout aussi rapidement. Ce type de radiateur sera plus adapté à des logements parfaitement isolés.

Dans le cas du chauffage hydraulique par le sol, l’eau circule dans un petit serpentin qui diffuse alors la chaleur au travers de la chape. Ce type de chauffage propose une chauffe agréable et homogène des espaces.

La puissance de la chaudière

Lors du choix de la chaudière au gaz de votre maison, si le type modèle est important, la puissance l’est tout autant. En effet, mal dimensionnée, elle ne répondra pas assez à la sollicitation et sera alors régulièrement en surrégime ou, au contraire, sera trop efficace et mal rentabilisée. Toutefois, votre choix peut volontairement porter sur un modèle surdimensionné si un vaste agrandissement est prévu à plus ou moins long terme. 

Dans la pratique, une marge de 20 % supplémentaire reste intéressante lors du choix de cette puissance.

Un autre élément sera à prendre en compte pour calculer la puissance, à savoir si cette chaudière aura uniquement à gérer le système de chauffage ou si elle devra aussi intégrer la gestion de l’eau chaude sanitaire du logement. 

Le nombre de personnes dans le logement sera un dernier critère de taille à intégrer, notamment si la chaudière assure la production d’eau chaude sanitaire.

Voici donc les puissances préconisées en règle générale :

Superficie du logement

Puissance nécessaire 

Composition du foyer

Puissance nécessaire

pour le chauffage seul

pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire

moins de 90 m²

8 kW

de 12 à 15 kW

1 à 3 personnes

de 23 à 25 kW

de 90 à 120 m²

11 kW

de 15 à 20 kW

4 personnes

de 25 à 28 kW

de 120 à 180 m²

15 kW

de 20 à 25 kW

5 personnes et plus

de 30 à 30 kW 

plus de 200 m²

15.5 kW

de 25 à 35 kW

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire