La pompe à chaleur air/eau: prix, fonctionnement, installation…

Vous envisagez une installation de PAC air/eau dans votre logement.

Mais, avant de vous lancer, il vous faut en savoir plus de ce qu’une telle décision représente, tant sur le plan financier que sur celui des travaux engendrés.

Nos experts vous livrent, dans ce guide, toutes les informations nécessaires !

Prix d’une PAC air/eau

Le coût d’une pompe à chaleur air-eau se décline d’une part en fourniture et d’autre part en installation et entretien.

Postes de dépense

Prix

Fourniture d’une PAC air/eau

65 à 95 € par m²

Installation d’une PAC air/eau

1 000 à 5 000 €

Entretien d’une PAC air/eau

150 à 200 € par an

Les économies possibles

La pompe à chaleur est un dispositif écologique utilisant l’air comme source principale d’énergie. Bien qu’elle requiert un minimum d’électricité pour fonctionner, la PAC permet cependant de produire plus d’énergie qu’elle n’en consomme dès lors qu’elle affiche un COP supérieur à 1.

Pour un rendement optimal de la PAC, celle-ci devra idéalement être sollicitée en permanence ce qui implique que le calibrage de départ doit être le plus en adéquation possible avec le logement et ses particularités (niveau d’isolation, surface…).

Par ailleurs, contrairement à certains autres systèmes, la mise en place d’une PAC air/eau ne demande pas de recourir à de très gros travaux lorsque le logement est déjà doté d’un système de chauffage central. En effet, la PAC peut aisément venir s’intégrer au réseau en place pour un couplage simple avec la chaudière présente (qui prendra d’ailleurs le relais en cas de chute extrême de température extérieure).

Enfin, comme nous le verrons dans le prochain chapitre, des aides financières peuvent être obtenues pour l’installation d’une pompe à chaleur. Cela réduit ainsi le niveau de l’investissement de départ et permet donc un retour sur investissement plus rapide.

Aides et subventions financières 

Dans le cadre d’une installation de PAC air/eau, un certain nombre d’aides et de subventions peuvent être accordées. Généralement assorties de conditions, les financements sont les suivants :

Type d’aide ou de subvention

Présentation

La prime énergie

Cette prime est proposée par Total qui, au travers d’un paiement en euros, permet aux particuliers de se doter d’une PAC air/eau. 

Pour en bénéficier, il faudra alors monter un dossier de demande avant le début des travaux et répondant aux contraintes suivantes :

– date d’inscription sur le site antérieure à celle de la signature du devis

– travaux mis en œuvre par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) 

– travaux concernant un logement construit depuis plus de 2 ans

– le matériel doit être certifié NF PAC ou label EHPA ou Eco-label européen et présenter un COP supérieur ou égal à 3,4

– l’efficacité énergétique saisonnière (Etas) doit être supérieure ou égale à 111 % (PAC moyenne et haute température) ou 126 % (PAC basse température)

Attention, cette prime n’est pas cumulable avec les autres programmes CEE. 

MaPrimeRénov’

Fusion du CITE et l’aide Habiter Mieux Agilité de l’ANAH, cette prime permet, pour une PAC air/eau, de bénéficier d’une aide allant jusqu’à 4 000 €.

Son montant est défini par palier selon le niveau de revenu du foyer et certaines conditions sont à remplir.

Il faudra ainsi : 

– déposer une demande d’aide sur le site dédié

– travaux mis en œuvre par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) 

– travaux concernant un logement construit depuis plus de 2 ans et représentant la résidence principale du demandeur (propriétaire des lieux)

Cette prime est cumulable avec les CEE.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique

Le CITE permet de déduire une partie des dépenses en lien avec des travaux d’amélioration d’énergie de ses impôts sur le revenu.

Les principaux critères d’attribution sont les suivants :

– le matériel doit présenter un COP supérieur ou égal à 3,4

– la facture doit indiquer à la fois la vente et l’installation de la pompe à chaleur

– ce crédit d’impôt concerne uniquement les habitations principales (locataires, propriétaires et occupants à titre gratuit)

L’éco prêt à taux zéro

Avec une possibilité de financement allant jusqu’à 30 000 € remboursable sur 15 ans maximum, l’Eco prêt à taux 0 permet de financer, sans avoir à supporter d’intérêts bancaires, des travaux destinés à faire, ensuite, des économies d’énergie.  

Ouvert pour les résidences principales, il peut être accordé aux propriétaires et copropriétaires, sociétés civiles et bailleurs.

Le taux de TVA réduit à 5.5%

Le taux de TVA réduit de 5.5 % est appliqué à la fois sur les fournitures et la main d’œuvre pour l’ensemble des travaux en lien avec les économies d’énergie. Bien sûr, la fourniture et la pose devra impérativement être effectuée par un professionnel. Le bien concerné devra avoir été achevé depuis plus de 2 ans. Il pourra s’agir d’une résidence principale ou secondaire.

Les aides de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat

Des aides de l’ANAH peuvent être attribuées selon des conditions de ressources.

Par ailleurs, dans le cas précis de la PAC air/eau présentant un label NF PAC, l’ANAH peut accorder une subvention complémentaire de 900 €.

Les aides locales

Enfin, il se peut que les collectivités locales accordent aussi, parfois, des aides complémentaires.

Fonctionnement et principe de la PAC air/eau

Dans les grandes lignes, une PAC a vocation à capter les calories en un point afin de les restituer en un autre. Dans le cas de la PAC air/eau, les calories sont captées dans l’air ambiant extérieur et insufflées ensuite dans le système de chauffage central du logement.

  • Le principe de fonctionnement :
    • La PAC air-eau utilise l’eau comme vecteur de chaleur. 
    • Généralement, les appareils ne fonctionnent pas en deçà de -5°C. Dès lors, un système de chauffage d’appoint s’avère indispensable dans les régions les plus sujettes aux très basses températures. Toutefois, certains modèles, ultra performants, peuvent accepter jusqu’à -25°C.
  • La transformation des calories de l’air en chaleur :
    • Le fluide frigorigène présent dans l’installation permet cette transformation selon 4 grandes phases. 
      • Ce fluide, lorsqu’il est liquide, capte les calories de l’air extérieur. Il passe alors à l’état gazeux sous l’effet de son changement de température, puis il s’évapore.
      • Le compresseur a ensuite pour mission de comprimer le fluide gazeux chaud, ce qui a pour effet de le mettre sous haute pression.
      • Avant de revenir à l’état liquide, le fluide gazeux se condense en une vapeur haute pression. C’est ce qui permet la transmission de chaleur à l’eau du système de chauffage. 
      • Finalement, le détendeur réduit la pression et prépare le fluide à une nouvelle évaporation.
  • Le rendement :
    • Une PAC, lors de son fonctionnement, consomme de l’électricité, notamment pour permettre le fonctionnement de son compresseur. 
    • Le COP (soit le Coefficient de performance) indique alors la quantité de chaleur créée par rapport à l’énergie électrique utilisée. Plus ce coefficient est élevé, plus la PAC est performante. 

Installation d’une PAC air/eau

Une pompe à chaleur (PAC) de type air/eau est relativement simple à mettre en œuvre dans les logements disposant, au préalable, d’un système de chauffage central (c’est-à-dire à eau chaude). Toutefois, cela nécessitera automatiquement l’intervention d’un professionnel qualifié et certifié, notamment pour respecter la législation en vigueur et pour que les équipements soient correctement dimensionnés par rapport aux surfaces à chauffer. Généralement, une installation de PAC air/eau est plus intéressante dans les régions bénéficiant d’un climat doux. 

Ainsi, pour l’installation de cet équipement en bibloc, il faudra s’assurer :

  • d’avoir un petit espace disponible en extérieur : l’unité externe occupe environ 1 m² au sol le plus loin possible des habitations voisines, elle pourra ainsi prendre place sur une terrasse ou un balcon, dans la cour ou le jardin. Pour un fonctionnement optimal, et donc un rendement optimal, cette unité ne devra pas être soumise aux courants d’air et encore moins aux vents dominants qui pourraient nuire à l’intégrité du moteur du ventilateur. 
  • d’avoir un petit espace disponible en intérieur : l’unité interne occupe environ 1 à 2 m² au sol et s’installe généralement dans un local technique (comme une chaufferie) ou un garage.

S’il s’agit d’un système monobloc, l’intégralité de l’équipement sera alors installée en extérieur.

La partie posée en extérieur est génératrice de quelques nuisances sonores. Si ces dernières sont trop importantes au regard du voisinage, il est possible, alors, d’équiper la console d’écrans acoustiques.

Entretien d’une PAC air/eau

L’entretien de la pompe à chaleur air/eau est indispensable afin de garantir un fonctionnement optimal et une bonne durée de vie. Cet entretien, comme l’installation, devra être réalisé par un professionnel certifié en raison de la présence de fluide frigorigène au sein de l’appareil. D’ailleurs, si l’installation contient plus de 2 kg de ce fluide, il y aura une obligation légale d’entretien chaque année. Idéalement, il est recommandé de souscrire un contrat d’entretien. Cela permet de ne rater aucune échéance et même d’être dépanné plus rapidement en cas de panne. Selon les contrats, certaines réparations peuvent même être comprises.

A titre individuel, il est également possible de faire un minimum d’entretien entre chaque visite du professionnel. En effet, pour préserver l’efficacité des installations, il est possible de procéder à quelques petites vérifications simples telles qu’une inspection de l’unité extérieure : les brindilles, feuilles, accumulation de givre et autres doivent être retirées pour favoriser la circulation de l’air.

Comment choisir une pompe à chaleur air/eau ?

Au moment de choisir la pompe à chaleur air/eau qui équipera votre logement, il sera judicieux de se pencher sur un certain nombre de critères. En voici quelques exemples que votre installateur vous précisera plus encore et complètera peut-être.

Les différents modèles de pompes à chaleur air-eau

Concernant les variantes de pompe à chaleur, en dehors de la marque, il est à noter que celles-ci se déclinent en deux types, à savoir les monoblocs et les biblocs.

Type de PAC

Ce que vous devez savoir

La PAC monobloc

Lorsqu’elle est en monobloc, la pompe à chaleur intègre l’ensemble de ses composants dans une seule unité.

Cette dernière est ainsi dotée :

– d’un module hydraulique

– d’un compresseur

Une liaison hydraulique assure la jonction entre le monobloc extérieur et le circuit de chauffage du logement.

La PAC bibloc

Lorsqu’elle est en bibloc, la pompe à chaleur répartit ses différents composants dans deux unités, l’une placée en extérieur et l’autre en intérieur.

L’unité extérieure comprend :

– le compresseur

L’unité intérieure comprend :

– le module hydraulique

Une liaison frigorifique assure la jonction entre les deux unités.

Cette version s’avère plus performante que le monobloc mais impose, par contre, un investissement financier (achat et installation) un peu plus important.

La température de sortie de l’eau

Un autre critère important à l’heure du choix est celui de la température de sortie de l’eau. Voici quelques indications sur ce sujet spécifique :

Type de PAC

Ce que vous devez savoir

La PAC basse température

Dans le cas d’un équipement PAC à basse température, notez que la température de sortie de l’eau oscille entre 35 et 45°C. 

En termes de rendement, les résultats sont ainsi supérieurs à ceux de la technologie à haute température de par le fait que la température ambiante extérieure et celle attendue dans le circuit de chauffage présentent moins d’écart.

La basse température est clairement indiquée en neuf, lors de la mise en place d’émetteurs optimisés (planchers chauffants, radiateurs basse température) pour ce type d’installation. Elle peut aussi être envisagée, en rénovation, si de tels émetteurs sont déjà en place dans le logement.

La PAC haute température

Avec un équipement de type PAC à haute température, la température de sortie de l’eau est d’environ 65°C. 

Cette technologie sera alors idéale en rénovation puisqu’elle permet de conserver un circuit de chauffage central standard.   

La PAC mixte

Enfin, il est également possible de trouver des équipements mixtes. Cela signifie que la PAC pourra s’adapter aussi bien à la basse température qu’à la haute température.

Les émetteurs de chaleur 

Un certain nombre d’émetteurs de chaleur peuvent fonctionner avec une pompe à chaleur air/eau. Il est ainsi possible de citer les suivants :

  • unités à cassette : système de diffusion de chaleur encastré dans le plafond
  • ventilo-convecteurs à eau 
  • radiateurs haute température
  • radiateurs basse température 
  • plancher chauffant / rafraîchissant

Le coefficient de performance 

Bien entendu, le coefficient de performance est un indicateur extrêmement important. Plus ce dernier sera élevé et plus les installations seront efficaces.

En effet, une PAC air/eau affichant un COP 3, par exemple, utilisera seulement 1 unité d’électricité pour produire 3 unités de chaleur, sachant que cette unité se compare en kW. Vous l’aurez compris, plus le COP est haut et plus le rendement de l’appareil est bon.

Pour une comparaison efficace des différentes références présentes sur le marché, il est recommandé de s’appuyer sur le COP annuel et non le COP constructeur. En effet, le COP annuel sera bien plus réaliste puisque s’appuyant sur un fonctionnement des équipements en conditions réelles tandis que le COP constructeur représente le fonctionnement dans des conditions d’utilisation optimales.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire