Isolation toiture par l’extérieur : prix, méthodes, avantages

Un logement bien isolé en passe forcément par l’isolation de toiture, car c’est par le toit que les déperditions sont les plus fortes. En effet, elles sont de 30 % par la toiture. C’est pour cela qu’une attention particulière doit y être portée. L’isolation de toiture par l’extérieur est une solution.

isolation sous toiture

Prix pour une isolation de toiture par l’extérieur

Le coût d’une isolation de toiture par l’extérieur peut dépendre d’un certain nombre de facteurs pouvant le faire varier de façon plus ou moins conséquente.

Voici ce qui pourra faire grimper la facture :

  • la surface de toiture à isoler 
  • le matériaux choisi pour réaliser l’isolation
  • la qualité de la couverture en place
  • la hauteur de la toiture (nécessite la mise en place d’un échafaudage ou non)

Prix de l’isolation selon la méthode employée

Voici quelques idées de prix à garder en tête :

Nature de l’isolation

Prix au m² en fourniture et pose

Prix des fournitures seules au m²

Prix de pose

au m²

entre chevrons

110 à 280 €

100 € 

10 à 180 €

sarking

200 à 300 €

100 à 120 € 

80 à 180 €

le panneau sandwich

environ 100 €

80 € (pour une épaisseur de 20 cm)

20 € 

Il faut noter que les tarifs de pose comprennent généralement la dépose de la toiture, la mise en place de l’isolation ainsi que la repose de la nouvelle couverture ou de la toiture existante lorsque cela est nécessaire bien entendu. 

Prix des matériaux isolant

En fonction du matériau qui sera choisi pour l’isolation de la toiture par l’extérieur, cela peut impacter de manière significative ou non le coût final du chantier.

Le tableau qui suit expose les prix couramment appliqués sur le marché :

Nature de l’isolant

Prix au m²

laine de verre

10 à 15 € 

laine de roche

fibres de lin

15 à 20 €

chanvre

polystyrène/polyuréthane

20 €

laine de coton

20 à 25 €

verre cellulaire

25 à 40 €

panneau isolant sous vide

40 à 60 €

Pourquoi isoler sa toiture par l’extérieur ?

L’isolation de toiture est un des postes de travaux à ne pas négliger et ce, que ce soit lors de la construction du logement ou bien lors de sa rénovation. La toiture étant une surface importante, c’est par cette dernière que la chaleur se dissipe le plus. Il est vrai que la toiture est responsable de près de 30 % des déperditions thermiques totales du logement. Il est donc primordial de s’attarder sur ce poste de travail.

Ainsi, l’isolation par l’extérieur se présente comme une des solutions permettant une bonne isolation de la toiture. Il faut savoir que ce type d’opération se fait le plus souvent en rénovation bien que cela puisse être mis en place au moment de la construction de la charpente et de la couverture.

Cette solution est préférable lorsque les combles sont déjà aménagés, cela permet alors de ne pas perdre d’espace intérieur ce qui n’est pas négligeable lorsque les espaces sous combles sont restreints. Chaque mètre carré supplémentaire de gagné est un plus pour l’habitation. 

Toutefois, il faut savoir que ce type d’opération est complexe et coûteuse. Il peut alors être intéressant de l’envisager si votre toiture est en mauvais état et nécessite une réfection totale ou partielle. 

Ainsi, au moment de la dépose de la couverture existante, ce sera l’occasion de mettre en place une isolation par l’extérieur avant de poser la nouvelle couverture. 

Les différentes méthodes d’isolation de toiture par l’extérieur

Pour une isolation de toiture réussie, vous aurez le choix entre plusieurs méthodes d’isolation par l’extérieur. Il faut savoir que l’isolation de toiture par l’extérieur est particulièrement efficace. Il est vrai que ce type de procédé nécessite généralement de déposer la couverture afin de mettre la toiture à nu et ne disposer que de la charpente pour pouvoir venir y glisser un isolant. Ce sont des méthodes très techniques qui obligent à avoir recours à un professionnel.

Voici plus en détail chacune d’entre elles.

Le sarking

Il s’agit en réalité d’une technique qui consiste à rehausser la toiture afin de venir y ajouter une couche d’isolation qui prendra place entre la couverture et la charpente. Cela induit donc une dépose de la totalité de la couverture.

L’isolant ne sera alors pas visible de par les combles habités.

Le sarking se réalise selon de nombreuses couches qui sont les suivantes :

  • installation les chevrons qui constituent la charpente ;
  • mise en place d’un pare-vapeur par dessus la charpente ;
  • insertion d’un isolant ; 
  • pose d’un écran sous toiture sur l’isolant ; 
  • installation d’un contre lattage et de liteaux ;
  • remise en place de la couverture actuelle qui peut être conservée selon son état ou bien d’une couverture neuve si l’existante est trop abîmée pour reprendre sa place.

C’est une technique qui peut être utilisée uniquement quand la charpente est en mesure d’accuser le poids de cet ensemble. 

Le sarking dispose généralement d’un coefficient thermique R supérieur ou égal à 8. C’est donc une méthode ultra performante. 

Elle est tout particulièrement adaptée aux charpentes dites traditionnelles, c’est-à-dire une charpente composée de chevrons et de pannes. De plus, cela est compatible avec un grand nombre de revêtements de toiture comme les ardoises, les tuiles ou encore le bac acier.

Le caisson chevronné

La solution du caisson chevronné consiste en la pose d’un isolant entre les chevrons et non pas par dessus comme c’est le cas pour le sarking.

L’isolant prend donc place entre les chevrons, c’est-à-dire de manière perpendiculaire aux pannes, sachant que les pannes sont les morceaux de bois installés à l’horizontal et composant la charpente. Les chevrons y sont reliés de manière perpendiculaire. Le tout forme un quadrillage au sein duquel prendra place l’isolant.

Un isolant en vrac peut très bien faire l’affaire, tout comme un isolant en panneau ou encore en rouleau. Les panneaux sont très souvent constitués de plusieurs éléments dont une couche d’isolant bien entendu. Cette strate se matérialise souvent par de la laine de roche, du polystyrène, qu’il soit expansé ou extrudé, ou encore du polyuréthane. Il dispose également d’une finition apposée en sous face du panneau. Cela permet alors d’avoir un cloisonnage des plafonds des espaces aménagés dans les combles habitables.

Généralement, le remplissage des caissons par l’isolant est réalisé en atelier puis assemblé sur chantier. C’est une technique qui requiert un temps de préparation relativement long. Toutefois, cela permet également d’avoir un logement à la fois hors d’eau et hors d’air de manière rapide et de couvrir l’intégralité du toit en une seule fois. La mise en place des caissons chevronnés est relativement aisée.   

Cette méthode offre généralement une résistance thermique importante, se situant aux alentours des 7 m².k/W.

Le panneau sandwich

Une dernière solution consiste en la pose de panneaux sandwich. Cela permet de disposer à la fois d’un isolant et d’une couverture, regroupés en un seul élément qu’est le panneau sandwich. 

C’est une solution particulièrement intéressante lorsqu’il est nécessaire de réaliser une réfection totale de la couverture. Ainsi, la pose de ces panneaux permet à la fois de disposer d’une isolation et d’un nouveau revêtement de couverture

2 plaques de profilés renferment une strate d’isolant. C’est ainsi que se compose le panneau sandwich.

Généralement, des plaques en métal sont utilisées tandis que l’isolant peut être de la laine de roche ou encore du polyuréthane pour ne citer que les plus connus et les plus souvent plébiscités.

L’aspect visuel extérieur tend à se rapprocher d’une toiture en bac acier.

L’épaisseur de ces panneaux varie entre 3 et 20 cm. Ils sont relativement légers, ce qui permet une bonne maniabilité et facilite ainsi la pose qui peut être effectuée sur tout type de toiture et de charpente.

Sachez que cette méthode d’isolation de toiture par l’extérieur entraîne une modification de l’aspect extérieur du logement. Dans ce cas, il est indispensable de demander l’autorisation auprès de la mairie et, si besoin, auprès de l’architecte des Bâtiments de France. 

En termes de résistance thermique, la RT 2012 impose une R minimum de 6 m².k/W.

Quel isolant choisir pour une isolation de toiture par l’extérieur?

Pour que l’isolation soit performante, il est nécessaire de porter attention au choix du matériau qui permettra cette isolation.

Généralement, il est conseillé d’opter pour un isolant dont le coefficient thermique R est supérieur à 6 m².K/W. Plus ce coefficient est élevé, meilleure sera l’isolation.

Le choix de l’isolant est étroitement lié à la méthode choisie pour réaliser l’ITE de la toiture. Il sera alors possible d’opter entre :

  • les isolants minéraux : avec un tarif généralement attractif, ce sont des solutions qui sont souvent prisées. Ils peuvent se matérialiser sous la forme de laine de verre par exemple ou encore de laine de roche. Ce sont les modèles les plus connus offrant un bon rapport qualité / prix. Les performances au niveau de l’isolation thermique comme acoustique sont relativement bonnes. Ces types d’isolant peuvent se trouver sous différents conditionnements à savoir en vrac, en rouleaux ou encore en plaques. Pour une bonne performance, une épaisseur relativement conséquente devra être installée. 

Le tableau qui suit expose les coefficients thermiques selon l’isolant et l’épaisseur de ce dernier :

Type d’isolant minéral

Epaisseur

Coefficient thermique R

laine de verre

24 cm

6.85

30 cm

7.5

laine de roche

24 cm

6.75

30 cm

7.45

  • les isolants synthétiques : il s’agit d’une méthode très efficace pour une isolation de toiture extérieure comme intérieure. Ce type d’isolant se matérialise généralement sous la forme de polystyrène expansé ou extrudé ou encore sous la forme de polyuréthane. Ce sont les isolants les plus connus de cette gamme. Malgré leurs bonnes performances, ce sont des matériaux qui sont peu écologiques et parfois inflammables et dégageant des fumées toxiques lorsqu’ils sont enflammés. 

Type d’isolant synthétique

Epaisseur

Coefficient thermique R

polystyrène

expansé

32 cm

9

extrudé

28 cm

9

polyuréthane

mousse 

20 cm

8

panneau

16 cm

7.2

  • les isolants naturels, aussi connus sous le nom d’isolants bio sourcés : il s’agit d’isolants dont l’origine est végétale, animale ou provenant de recyclage divers. Ce peut donc être de la laine de bois, de chanvre, du liège, de la paille, de la laine de mouton, de la ouate de cellulose ou encore du textile recyclé. La performance de ces matériaux est généralement assez élevée. De plus, ils sont favorables à l’environnement. Toutefois, ce sont des isolants qui restent coûteux.

Type d’isolant naturel

Epaisseur

Coefficient thermique R

végétale

laine de bois

36 cm

9

laine de chanvre

32 cm

8

liège

36 cm

9

paille

37 cm

7.1

animale

laine de mouton

30 cm 

8

recyclé

ouate de cellulose

32 cm

8

textile recyclé

31 cm

8

Les avantages et inconvénients d’une ITE

Une isolation de toiture par l’extérieur s’accompagne généralement d’un certain nombre de points forts mais il est aussi indispensable d’en connaître les défauts avant de se lancer dans un tel chantier.

Le tableau qui suit est une liste non exhaustive de ces avantages et inconvénients. 

Avantages

Inconvénients

pas besoin de déménager les pièces aménagées dans les combles

gain de place intérieur

esthétisme

limites les ponts thermiques

très bonne performance

permet des économies d’énergie

permet d’avoir les poutres apparentes dans les combles aménagés

opération coûteuse

tâche complexe

préférable à mettre en place lors d’une réfection de toiture 

nécessite une charpente solide et en bon état

Les aides financières pour une ITE de toiture

Il est possible d’atténuer le montant de l’investissement d’une isolation de toiture par l’extérieur grâce aux nombreuses aides de l’Etat qui sont mises en place afin de permettre à tous les ménages, même les plus modestes, de pouvoir faire des travaux permettant d’améliorer les performances thermiques de leur logement.

Pour être éligible à ces diverses subventions, des conditions de ressources sont généralement instaurées. De plus, il faudra que la résistance thermique du matériau isolant choisi soit au minimum équivalent à 6 m².K/W. 

L’artisan qui réalisera la pose de cette isolation par l’extérieur de la toiture devra disposer de la qualification RGE, c’est-à-dire Reconnu Garant de l’Environnement.

Voici alors les différentes aides auxquelles il est possible de souscrire :

  • un éco prêt à taux zéro pour le financement du projet sans avoir à débourser d’intérêt supplémentaire ;
  • une TVA à taux réduit de 5.5 % ;
  • les aides de l’ANAH avec son programme Habiter Mieux Sérénité pour les foyers les plus modestes ;
  • MaPrimeRenov’ ouverte à tous et qui remplace le crédit d’impôt ;
  • les CEE ;
  • les diverses aides locales comme celles d’Action Logement.
Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire