Installation chaudière à cogénération au gaz : prix et principe

Dans le but de réduire au maximum notre empreinte carbone, installer ou changer son mode de chauffage au profit d’un moyen plus économe et plus sain est primordial. La chaudière à cogénération gaz s’inscrit totalement dans ce principe. Principe de fonctionnement, avantages ou encore prix, cet article vous dit tout !

remplacement chaudiere travaux

Prix pour une chaudière à cogénération gaz

Le prix de fourniture

Il faut savoir que le prix d’achat d’une chaudière à cogénération au gaz sera principalement fonction de critères tels que :

  • la nature de la chaudière (murale, sol) ;
  • la puissance de l’appareil et sa taille ;
  • la surface du logement à chauffer et le nombre de points d’eau à alimenter.

Pour ce qui est du prix en lui-même, il faudra compter entre 10 000 à 20 000€.

Le prix de pose

Pour l’installation de l’équipement, le prix pourra être sensiblement variable selon l’artisan choisi pour la pose dans un premier temps, mais aussi des travaux annexes à réaliser comme les différents raccordements, nécessaires au bon fonctionnement de l’appareil. 

La localisation géographique sera également à prendre en considération. En région parisienne, par exemple, les tarifs des installateurs seront plus élevés qu’en province notamment. 

Généralement, pour la mise en place et en fonctionnement d’une chaudière à cogénération au gaz, il faut tabler sur un budget compris entre 1 000 à 2 000 €.

Le principe de fonctionnement d’une chaudière à cogénération au gaz

Le principe de fonctionnement d’une chaudière à cogénération gaz est sensiblement différent de celui d’une chaudière classique.

En effet, les chaudières à cogénération, aussi connues sous le nom de chaudières à micro/mini-cogénération ou encore de chaudières électrogènes, font partie des derniers modèles mis sur le marché, mais également des plus élaborés.

Il est vrai que ce type d’équipement embarque des technologies de pointe permettant, comme un modèle standard, la production d’eau chaude afin d’alimenter le réseau central de chauffage ou pour les équipements sanitaires, mais aussi de créer de l’électricité

Le fonctionnement de cet appareil est le même que celui d’une chaudière à condensation mais il est, en sus, capable de fournir de l’électricité.

A partir d’une même énergie primaire qui est, dans ce cas précis, le gaz qui est utilisé comme combustible pour actionner la chaudière, il est possible de produire à la fois de la chaleur (énergie dite thermique) pour le logement ou l’eau chaude sanitaire (ECS) mais aussi de l’électricité (énergie mécanique). 

Pour ce faire, la technologie à condensation est associée à un moteur dit Stirling se trouvant dans le module de cogénération. C’est ce dernier qui permet la fabrication d’électricité. Ceci est rendu possible grâce à la présence d’un alternateur qui permet de générer l’électricité.

La production thermique, c’est-à-dire d’eau chaude sanitaire ou de chauffage, est rendue possible grâce à la récupération de l’énergie thermique issue de la production d’électricité.

Pour rappel, une chaudière à condensation fonctionne sur le principe même de récupération des calories provenant des fumées issues de la combustion du gaz. Ces dernières permettent alors un préchauffage de l’eau qui sera envoyée dans le réseau.

Les différents modèles

Pour ce qui est du modèle en lui-même, une chaudière à cogénération, tout comme une chaudière à condensation, peut se trouver sous différents formats. Ce dernier dépendra donc de la place dont vous disposez pour l’installation de votre chaudière notamment.

Voici les 2 principales versions :

  • la chaudière à cogénération au gaz au sol : il s’agit généralement de modèles puissants et de grandes tailles, nécessitant un encombrement important au sol. Ces chaudières sont souvent installées dans un espace dédié comme un garage, une chaufferie ou autre. 
  • la chaudière à cogénération au gaz murale : elle s’installe plus souvent dans des espaces plus restreints. Comme son nom l’indique, elle est directement fixée dans un mur qui devra être porteur.

Quelle puissance pour une chaudière à cogénération gaz ?

Il existe différentes puissances pour une chaudière à cogénération. La puissance est fonction de 2 caractéristiques qui sont la superficie du logement dans un premier temps, ainsi que la fonction de la chaudière c’est-à-dire la production de chauffage seule ou la production de chauffage et d’eau chaude sanitaire.

Il ne faudra pas oublier de prendre en considération le nombre de personnes constituant le foyer, car cela peut influer sur la puissance à choisir, notamment pour ce qui relève de la production d’eau chaude sanitaire.

Il est important de bien dimensionner sa chaudière afin de ne pas se trouver avec un appareil qui n’est pas en mesure d’effectuer le travail demandé. De la même façon, un équipement trop puissant réussira avec aisance la production de chauffage et d’eau chaude, mais consommera plus de combustible qu’une chaudière dont la puissance est adaptée aux besoins. 

Voici un tableau présentant les puissances préconisées selon les différentes caractéristiques précédemment citées :

Superficie du logement

Puissance de la chaudière pour une production d’eau chaude sanitaire seulement

Puissance de la chaudière pour une production de chauffage et d’eau chaude sanitaire

≤ 90 m²

8 kW

12 à 15 kW

de 90 à 120 m²

11 kW

15 à 20 kW

de 120 à 180 m²

15 kW

20 à 25 kW

≥ 200 m²

1.5.5 kW

25 à 35 kW

Où installer une chaudière à cogénération gaz ?

L’installation d’une chaudière à cogénération au gaz est très prisée pour de grands bâtiments.

C’est pour cette raison que l’on retrouve souvent ces équipements au sein de bâtiments industriels ou tertiaires.

Toutefois, ils font peu à peu leur apparition dans le secteur résidentiel. 

Ils prennent parfaitement place dans les structures telles que les immeubles d’habitation en copropriété par exemple.

En maison individuelle, ce type d’installation est tout à fait possible et envisageable, mais reste encore peu mis en place car cela nécessite de débourser un budget relativement conséquent dont tous les propriétaires ne disposent pas forcément. 

Les différentes catégories de chaudière à cogénération gaz

Une chaudière à cogénération gaz est un équipement qu’il est possible de trouver en diverses catégories, traduisant en réalité différentes puissances de production électrique.

Ces puissances seront notamment fonction du lieu d’installation de la chaudière, comme vu précédemment. 

En effet, plus les bâtiments seront grands et plus la chaudière devra être puissante pour produire l’électricité en conséquence.

A titre indicatif voici les catégories, associées à leurs puissances de production électrique :

Type d’utilisation

Gamme de cogénération

Puissance de production électrique

résidentielle

micro-génération 

inférieure à 36 kVa

tertiaire

mini-génération 

36 à 250 kVa

petite cogénération

250 à 1 MW

industrielle

moyenne cogénération

1 à 12 MW

grosse cogénération

supérieure à 12 KW

Avantages et inconvénients d’une chaudière à cogénération gaz

Une chaudière à cogénération au gaz offre de nombreux avantages. Elle présente également quelques inconvénients qu’il est bon de connaître avant de se lancer dans un tel investissement.

Le tableau qui suit est une liste non exhaustive de l’ensemble de ces points forts et faibles :

Avantages

Inconvénients

-très haut rendement

-autonomie énergétique

-production d’électricité pour de l’autoconsommation ou de la revente

-plus sain pour l’environnement

-permet des économies d’énergie

-confort thermique

-éligible aux aides de l’Etat

-coût

-nécessite plus de combustible qu’une chaudière à condensation classique pour la production d’électricité

Les travaux annexes de raccordement

La mise en place d’un tel appareil requiert un certain nombre de raccordements qui sont les suivants :

  • raccordement au gaz : pour que la chaudière fonctionne, elle doit être reliée au réseau de gaz naturel de la ville ou bien, si le logement ne dispose pas d’une telle arrivée, il faudra raccorder la chaudière à une cuve de stockage de gaz. Quel que soit le cas, l’apport en gaz est indispensable, car il s’agit du combustible faisant fonctionner l’intégralité de l’installation.
  • raccordement électrique : pour que la partie cogénération fonctionne, mais aussi pour l’allumage de la chaudière qui se fait électriquement, il est nécessaire de relier l’appareil au réseau électrique du logement. 
  • raccordement aux modules de chauffage : afin de délivrer le chauffage dans l’ensemble du logement, la chaudière doit être raccordée aux équipements de chauffage pouvant se matérialiser sous la forme d’un plancher chauffant ou encore d’émetteurs basse température.
  • raccordement aux évacuations des produits issus de la combustion : la chaudière doit pouvoir évacuer les fumées. Cela peut donc se faire par le biais d’un conduit de cheminée ou bien en ventouse, c’est-à-dire directement dans le mur, à l’horizontal. 
  • raccordement aux évacuations des eaux usées : une fois que les calories sont récupérées dans les fumées, les condensats doivent être évacués. Cela se fait alors dans les eaux usées.

Que faire de la production d’électricité ?

L’énergie mécanique produite peut alors être utilisée selon différentes fins.

Dans un premier temps, il est possible d’auto consommer l’électricité produite. Pour ce faire, cela signifie que l’ensemble de l’installation se devra d’être reliée au compteur électrique afin de connaître, si besoin est, la consommation auprès du réseau électrique national, car cet équipement permet de couvrir environ 80 % des besoins en électricité du logement. Pour être totalement autosuffisant, il faudrait pouvoir stocker l’énergie produite. Ceci est possible, mais le coût d’achat des équipements est relativement élevé.

Ainsi, il ne vous restera que 20 % à payer directement auprès du fournisseur d’électricité de votre choix. De plus, sachez qu’avec un tel investissement, cela permet de bénéficier de tarifs préférentiels car vous ne subirez pas les éventuelles hausses du cours de l’électricité. 

Dans un second temps, il est possible de revendre l’électricité produite. Dans ce cas de figure il faudra alors que l’ensemble de l’installation soit relié au réseau public. Lors, l’ensemble de l’énergie qui sera produite par la chaudière à cogénération au gaz sera envoyée dans le réseau afin d’être revendue à des particuliers. 

Il faut toutefois savoir que cette production reste moins bien valorisée par les fournisseurs d’électricité que celle produite par des panneaux photovoltaïques par exemple. En effet, l’électricité vous sera, dans cette configuration, rachetée au prix du cours actuel du marché. C’est une solution qui peut alors permettre d’amortir l’investissement fait pour cet équipement qui reste tout de même relativement élevé, une des raisons pour laquelle c’est un système encore peu utilisé en France. 

Pourquoi produire sa propre électricité ?

Créer sa propre électricité grâce à sa chaudière entraîne un certain nombre d’avantages qui ne sont pas négligeables.

Ces derniers peuvent alors être d’ordre :

  • pratico-pratiques : il est en effet possible d’être autosuffisant sur sa production électrique. Ainsi, vous n’êtes pas dépendant d’un fournisseur d’énergie et êtes donc certain de disposer d’électricité, notamment dans les périodes les plus fraîches où les demandes sont les plus fortes.
  • environnementaux : les émissions de gaz à effet de serre sont réduites grâce à la récupération de la chaleur issue des fumées. De plus, ces gaz à effet de serre sont également moindres en comparaison de ceux émis par une centrale nucléaire pour la production d’électricité par exemple. Pour finir, aucun transport de l’énergie n’est nécessaire puisqu’elle est produite directement sur place.

Quels sont les gains avec une telle chaudière ?

Une chaudière à cogénération au gaz entraîne un certain nombre de gains.

Il faut savoir que c’est une chaudière très performante. En effet, pour 100 kWh de gaz consommés, 80 kWh seront transformés sous forme de chaleur, 16 kWh se matérialiseront sous la forme d’électricité. Seuls 4 kWh seront perdus

Cela signifie que le rendement de la chaudière est de 96 %. Ce rendement est le même que celui d’un simple modèle à condensation, mais celui-ci est en capacité de produire sa propre électricité.

En comparaison à une chaudière standard, un tel modèle permet de réaliser 30 % d’économies sur la facture de chauffage annuelle. Elle permet aussi une économie de l’ordre de 50 à 90 % sur la facture d’électricité grâce à sa capacité de production en énergie mécanique.

Pour finir, la chaudière est moins polluante qu’un modèle classique. Elle rejette environ 35 % de CO2 en moins.

En revanche, il faut savoir que, vu le prix d’une telle installation, le retour sur investissement sera forcément plus long que celui d’un modèle standard. Il faudra en effet compter entre 5 et 10 ans pour que la chaudière devienne réellement rentable.

L’entretien d’une chaudière à cogénération gaz

Pour la partie entretien, celui de la chaudière est en réalité un entretien classique comme sur une chaudière à condensation.

En revanche, pour ce qui est du module de cogénération, ce dernier requiert une attention plus particulière. 

Différents niveaux de maintenance sont observables :

 

Maintenance à effectuer

toutes les 4 000 heures

Vidange de l’huile moteur

Remplacement filtre à huile

Contrôle/changement filtre et du filtre à ventilation à air selon l’état

Contrôle :

-de la pression d’eau du logement

-de l’allumage, remplacement des bougies si besoin

-des câbles d’allumage

-de l’évacuation des condensats

-de l’étanchéité

-de l’état du bloc gaz

-des silentblocs

toutes les 8 000 heures

Contrôle de l’état et du durcissement des câbles, remplacement si besoin

toutes les 12 000 heures

Contrôle :

-de la pression de compression

-de la coupure de sécurité 

Changer :

-le liquide de refroidissement

-les bobines et câbles d’allumage

-la sonde lambda

Nettoyage du mélangeur de gaz

toutes les 40 000 heures

Révision complète du moteur

Les aides pour une chaudière à cogénération gaz

La mise en place d’une chaudière à cogénération au gaz est un investissement conséquent. Il faut savoir que ce dernier peut alors être atténué grâce à un certain nombre d’aides de l’Etat. En effet, pour améliorer le confort thermique et énergétique de nombre de ménages et logements, le gouvernement a mis en place plusieurs dispositifs pour aider financièrement les français à y avoir accès.

Voici ce à quoi il vous est possible de prétendre :

  • une TVA réduite à 5,5 %, notamment si la chaudière à cogénération vient en remplacement d’un ancien modèle moins performant et plus polluant ;
  • les aides de l’ANAH avec son programme Habiter Mieux ou encore sa prime coup de pouce ;
  • un éco prêt à taux zéro pour le financement de la chaudière ; 
  • selon les régions, des aides des collectivités locales et/ou territoriales.

Pour y être éligible, il faut tout de même remplir quelques conditions comme :

  • réaliser la pose de la chaudière par un artisan certifié Reconnu Garant de l’Environnement (RGE) ;
  • correspondre aux conditions de ressources ;
  • que la production d’électricité ne se situe pas en dessous de 3 kVA.
Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire