Aménager un toit terrasse en bois: prix, construction, particularités…

Pour couvrir votre construction bois, vous pouvez aussi opter pour un toit terrasse bois. Ce dernier pourra même se positionner sur une maison traditionnelle. Apprenez toutes les astuces utilisées par les professionnels pour effectuer ce type de travaux et devenez vous-même un véritable expert.

terrasse bois

Le prix d’un toit terrasse en bois

Vous souhaiterez, tout d’abord, connaître le prix d’un tel ouvrage qui vous aidera à décider si vous allez opter ou non pour ce modèle de toiture.

Le prix d’une toiture terrasse revient autour de 120 € le m² en TTC, tout compris, avec l’étanchéité, dans un projet standard.

Cependant, si vous vous sentez l’âme d’un bricoleur et êtes prêt à en prendre le risque, ce même travail, réalisé en autoconstruction ne vous reviendra qu’autour de 60 € le m².

Le principe du toit terrasse en bois

Tout d’abord, il faut savoir que le principe du toit terrasse, en général, est de proposer une toiture à peu près plate. A peu près car, en réalité, une toiture terrasse présente une très légère pente de 1 à 2 %, selon le modèle. 

Dans les faits, il existe deux possibilités de toit terrasse :

  • le toit terrasse non accessible, qui présente une pente de l’ordre de 1 % ;
  • le toit terrasse non accessible, avec une pente de 1,5 à 2 %.

Cependant, même non accessible, il reste toujours possible de se rendre sur un toit terrasse, ne serait-ce que pour des opérations d’entretien et de maintenance.

C’est, dans pratiquement tous les cas, un toit terrasse non accessible qui est réalisé en bois, même s’il s’avérerait possible d’en réaliser un accessible.

Enfin, comme pour tout type de toit terrasse, l’essentiel sera de respecter deux priorités :

  • une isolation respectant la réglementation thermique ;
  • une parfaite étanchéité qui suffit à évacuer l’eau, malgré la faible pente.

La mise en œuvre d’un toit terrasse bois

La réalisation d’un toit terrasse bois s’effectue alors en différentes étapes.

  • La prise de mesures
    C’est la première étape, qui conditionnera d’ailleurs la bonne suite des opérations.
    C’est pourquoi cette prise de mesure doit être extrêmement précise.
  • Le montage de la structure
    Les pannes sont élevées, en tout premier lieu, et fixées selon différentes méthodes de vissage (tirefonds, tiges filetées, etc.), que ce soit en encastrement dans les murs ou à l’aide de sabots.
    C’est ensuite aux chevrons, puis aux solives de les recouvrir.
    Le calcul des sections et des portées assure le bon maintien de l’ensemble et le support de la partie supérieure.
  • L’acrotère
    Ce fronton servira de support et de relevé d’étanchéité au reste de la construction de cette toiture.
    Sa hauteur dépendra de l’épaisseur qui sera réalisée en isolation, mais il est possible de tabler sur une hauteur de 40 cm.
  • Le revêtement
    Ce dernier est généralement constitué de panneaux OSB, le plus souvent de l’OSB 3 ou de l’OSB 4.
    Un ancrage de 30 mm est requis pour la fixation de ces panneaux.
  • Le pare-vapeur et l’isolant
    Comme son nom l’indique, le film pare-vapeur évitera les effets néfastes de la condensation. Toutes ces gouttelettes pourraient alors se répercuter sur les panneaux OSB et en endommager l’intégrité.
    Ce film doit donc être parfaitement déroulé sur les panneaux, mais aussi recouvrir le pare-vapeur du mur qui doit, lui-même, venir se terminer sur les panneaux OSB afin de créer un ensemble sans faille.
    Par-dessus ce pare-vapeur sont déposés des panneaux de laine de roche, de polystyrène ou de mousse polyuréthane afin d’assurer l’isolation. Il faut rester vigilant à l’absence de ponts thermiques en assurant, par exemple, deux couches croisées.
  • L’étanchéité
    Le travail s’achève ensuite par une membrane d’étanchéité qui pourra être synthétique, mais aussi EPDM (éthylène-propylène-diène monomère), PVC, TPO (thyroperoxydase) ou FPO ((polyoléfine flexible) qui est encollée et marouflée sur son support, du centre vers l’extérieur.
  • Les évacuations d’eau
    Des évacuations d’eau sont organisées en partie basse de la toiture.

Particularité sur l’étanchéité du toit terrasse bois

Cette étanchéité est le point sensible d’un toit terrasse en général. C’est pourquoi cette opération doit être réalisée dans les règles de l’art et qu’un professionnel en détient tous les rouages.

Il existe deux principes d’étanchéité pour ces toitures très particulières :

La toiture froide

Elle nécessite moins d’isolant puisque l’ensemble de cette isolation sera positionné en dessous des panneaux d’OSB. Cette isolation doit également être parfaitement aérée.

Cette solution permet aussi un acrotère moins haut.

Il faut alors rester extrêmement vigilant sur les risques d’infiltration au niveau de l’isolation.

Par ailleurs, cette option permet d’organiser un toit végétalisé, sous condition d’être très attentif à la ventilation.

La toiture chaude

Elle permet alors une isolation présente sur l’élément porteur, contrairement à la précédente, pour au moins 2/3 de son épaisseur.

Elle correspond à la mise en œuvre présentée précédemment.

La végétalisation est possible plus facilement selon ce principe.

Cette technique est plus à la portée de tous mais nécessite une épaisseur d’isolation plus importante.

Elle apporte aussi de meilleures performances en termes d’isolation, que ce soit sur le plan acoustique ou thermique.

Les conseils des professionnels

Pour ne pas faire d’erreurs, nos professionnels vous délivrent quelques-uns de leurs secrets.

  • La pente de ces toitures terrasses est importante à respecter, de 1 à 2, voire 3 %, afin d’assurer la bonne évacuation des eaux de pluie.
  • Il est également possible d’assurer un toit terrasse bois sur une construction béton ou parpaings, même si les professionnels ont plutôt tendance à privilégier le toit terrasse béton, dans ce cas.
  • Il faut aussi s’appliquer à bien choisir le bois : du bois massif, du bois massif abouté ou reconstitué, du bois lamellé pour les pannes et pour les chevrons, de l’OSB, des panneaux de particules ou du contreplaqué pour les panneaux.
  • Le contreventement est assuré avec des panneaux d’une épaisseur mini de 22 mm.
  • La protection contre les vapeurs d’eau est primordiale pour la bonne tenue dans le temps, et pas seulement l’étanchéité. Son positionnement sur les panneaux et sa liaison parfaite avec le pare-vapeur des murs assurera aussi une étanchéité.
  • Le stockage des bois sur le chantier doit être bien pensé, parfaitement à plat et à l’abri afin que le bois ne travaille pas, ne se voile pas, ce qui pourrait engendrer des problèmes de mise en œuvre, par la suite.
  • Dans le cas où l’isolation est répartie sous et sur les panneaux, il faut se fier à la règle des 2/3 1/3, à savoir que, pour éviter toute condensation, le panneau sandwich ainsi créé, cette isolation ne doit pas être régulièrement répartie de chaque côté du panneau, au risque de voir ce panneau dégénérer. Ainsi, la résistance thermique de l’isolant du dessous doit être de seulement la moitié de l’isolant supérieur.
  • Enfin, il faut s’assurer de la parfaite adéquation entre l’étanchéité réalisée et l’isolant qui se trouve en dessous, ou de la colle employée et de ces deux structures.

FAQ

Est-ce qu’il y a une législation à respecter en ce qui concerne les toits terrasses ?

Effectivement, il faut se référer au DTU, 43.1 à 43.5. Il faut aussi respecter les normes françaises qui sont NF P84.208 et NF P84.208.1. C’est ce qui permet de respecter les garanties requises par les assurances et, au niveau des constructeurs, d’assurer une bonne garantie décennale.

Je voudrais réaliser un toit terrasse bois accessible, est-ce que c’est possible ?

Nous l’avons précisé dans l’article, c’est beaucoup plus rarement le cas dans le cas du bois, mais ce n’est pas impossible. En fait, en bois, le prix privilégie le plus souvent les versions non accessibles. En effet, en cas d’accessibilité, il faut aussi ajouter une liaison, escalier plus trémie, des isolations et étanchéités plus complexes dès lors, mais aussi des normes de sécurité telles que des garde-corps à plus d’un mètre de hauteur et, en cas de barreaudage, des barreaux de 11 cm tout au plus en espacement vertical, à cause des enfants. La sécurité est régie par les articles R 111-15 et R 233-13-20 du Code de la construction.

De plus, il faut inclure un sol particulier afin de pouvoir le piétiner et une résistance de plancher suffisante.

Ce n’est donc pas compliqué, juste plus cher à mettre en œuvre.

Du fait de végétaliser ma toiture terrasse, est-ce que ça ne participe pas à la bonne isolation thermique et phonique de l’ensemble ?

Si la question est de savoir si cela y contribue, la réponse est oui. Savoir si c’est suffisant, alors la réponse est non. Il est certain que cette épaisseur de terre viendra isoler en complément votre intérieur, mais il vous faudra néanmoins prévoir un isolant en dessous, en sus.

Est-ce que végétaliser un toit terrasse n’entraîne pas un entretien supplémentaire ?

Il est évident qu’un toit végétalisé devra être encore plus entretenu. Cependant, tout dépend de ce qui vous y placez. Il est tout à fait possible de le végétaliser avec des arbustes ou des plantes ne demandant qu’un minimum d’entretien. Par contre, une pelouse, ou même un jardin potager demandera beaucoup plus de travail. C’est aussi une belle compensation pour ceux qui n’ont pas le terrain nécessaire autour de leur construction pour bénéficier d’un extérieur agréable, ou qui peuvent bénéficier d’une belle vue sur le toit.

Attention aussi à ce que certaines conditions soient remplies, que ce soit encore plus pour l’étanchéité, le drainage ou le substrat et à prévoir un espace végétal adapté à cette situation.

Faut-il une autorisation spéciale pour réaliser une toiture terrasse ?

Une toiture terrasse passera, comme toute construction, par un permis de construire. Il doit aussi être lié à des études spéciales assurant la solidité de l’ensemble et pour déterminer que le bâtiment est capable de supporter ce type de toit.

Attention, il peut arriver qu’un PLU refuse ce genre de construction, il convient donc de se renseigner auparavant auprès des services de l’urbanisme de sa commune.

Peut-on bénéficier d’aides pour un toit terrasse ?

Sur la partie isolation, dans le cadre d’une rénovation, il est tout aussi possible de bénéficier des aides liées à l’économie d’énergie, des aides traditionnelles (MaPrimeRénov”, Habiter Mieux, CEE…) donc, mais aussi la TVA réduite à 5,5 % ou l’éco-prêt à taux zéro, par exemple.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire