L’aménagement d’une salle de bain sous comble

Vous disposez d’un comble aménageable et vous cherchez une idée pour le transformer en pièce fonctionnelle ? Pourquoi ne pas opter pour une salle de bains sous combles ?

Comment mettre en œuvre ce type d’aménagement et à quel prix, on vous dit tout !

Salle de bain sous comble

Tableau des différents prix

Voici un premier estimatif de prix entrant dans le cadre de cet aménagement d’une salle de bains sous combles

Les travaux à prévoir

Prix

salle de bains complète

de 2 000 à 6 000 €

baignoire

à partir de 200 € en fourniture et pose

douche

à partir de 400 € en fourniture et pose

lavabo ou vasque

à partir de 150 € en fourniture et pose

WC

à partir de 300 €

robinetterie

à partir de 200 € en fourniture

sèche-serviette

à partir de 160 € en fourniture et pose

isolation

de 50 à 100 € le m² en fourniture et pose

finition sol

de 20 à 200 € le m²

finition murs

de 30 à 50 € le m²

escalier

à partir de 1 000 €

fenêtre de toit

de 500 à 1 000 €

VMC

de 500 à 2 000 €


La nuance entre salle de bains et salle d’eau

C’est désormais connu, mais cependant préférable de le préciser, la salle de bains et la salle d’eau ne représentent pas exactement la même chose, même si, la plupart du temps, il est question de salle de bains dans tous les cas, à tort.

En fait, c’est bien une seule et même pièce avec la nuance que la salle d’eau est équipée d’une douche et la salle de bains d’une baignoire.

Pour l’article, nous étudierons les deux cas afin que les lecteurs puissent trouver toutes leurs réponses et mieux comparer les prix et les opportunités.


Les plus et les moins liés de la salle de bain sous combles combles :

Les plus :

  • Valorisation d’un espace réduit.
  • Augmentation de la valeur du bien.
  • Amélioration du confort des habitants.

Les moins :

  • Prise en compte de la pente.
  • Possibles contraintes d’aménagement (poids appliqué sur le plancher …).

Que faut-il prévoir pour installer une salle de bains sous comble ?

Les combles habitables présentent généralement des contraintes de taille et de hauteur.

Les aménagements portent sur :

L’optimisation d’espace 

Le plus grand défi pour une mini salle de bains, c’est gérer cet espace réduit et optimiser l’emplacement des équipements pour tenir compte de la pente.

L’isolation 

Les combles sont une source de déperditions thermiques importantes, il faudra donc privilégier l’isolation thermique pour un confort optimal d’utilisation, de plus une isolation acoustique adaptée permettra d’éviter d’entendre le martèlement de la pluie sur le toit, mais aussi de contrôler le bruit des canalisations.

L’aération et l’illumination 

Les combles ne sont généralement pas pensés dans un premier temps pour des aménagements et sont très rarement dotés d’un système d’aération ; ils permettent encore moins le passage de la lumière naturelle.

Il est crucial de bien aérer et illuminer, car l’humidité et pénombre ne signifient qu’une chose : l’installation de la moisissure.

Dans cette optique, il faudra songer à installer une fenêtre de toit qui assurera à la fois ventilation naturelle et lumière.

Vous pouvez également installer un système d’aération artificiel, type VMC ou extracteur d’air.

Voilà donc les différents points à prendre en compte lors de la conception d’une salle de bains sous comble ; à cela il faudra ajouter des travaux de plomberie et des travaux d’électricité pour en faire une pièce complètement fonctionnelle.

Voyons donc quelles sont les options au niveau des matériaux possibles, mais aussi les prix de chacun d’entre eux.


La salle de bains sous pente : le prix de conception

Il faudra compter entre 2500 et 6000 euros pour une salle de bains sous combles ou sous pente, tout va dépendre de la surface, des frais de main d’œuvre et, bien entendu, des matériaux et sanitaires choisis pour la finition.

Les installations sanitaires

En fonction de la surface plusieurs possibilités s’offrent pour une salle de bains sous combles :

La baignoire :

Baignoire d'angle

Baignoire d’angle sous toit

Elles sont dotées d’un parebaignoire pour éviter les éclaboussures et sont surtout très économiques, vous pouvez en faire l’acquisition à partir de 100 €. Pour l’installation, rajoutez ~100 à 400€.

Elles sont aussi disponibles en plusieurs matériaux et coloris, et vous trouverez le choix le plus en accord avec vos goûts.

La douche :

Plus pratique et plus adaptée aux espaces réduits, mais aussi pour des personnes à mobilité réduite, la douche est l’option par excellence si l’on dispose d’un espace très confiné.

Elle s’intègre donc, alors, dans une salle d’eau et non plus une salle de bains. A moins que vous ne disposiez de beaucoup d’espace pour placer douche ET baignoire.

Elle sera également moins lourde que la baignoire et, notamment dans le cas d’un plancher bois, sera à privilégier. Ce n’est pas l’appareil en lui-même qui représente un poids, mais l’appareil + le poids de l’eau lorsque la baignoire est remplie.

Deux options sont possibles dans ce cas :

  • La cabine de douche : complètement prêts à l’usage, ces cabines s’installent directement dans un coin de la pièce et intègrent, sur certains modèles, des fonctions d’hydromassage et multijets pour profiter d’une douche personnalisée, le prix entre 300 et 2000 euros.
  • La douche à l’italienne : c’est une douche en continuité avec le sol ou avec un receveur, elle n’encombre pas et permet de prendre une douche rapidement et en toute commodité, de plus elle peut se transformer en cabine de douche avec la simple installation de parois en verre, pour le prix comptez entre 600 et 1500 euros.

Les frais d’installation : 100 à 600€

Le lavabo :

Grand inconditionnel d’une salle de bains, le lavabo se décline en de multitude formes, matériaux et coloris, en bois, en pierre, en acrylique et nous en passons, les choix sont presque infinis, tout dépendra des goûts et des budgets.

Côté formes, vous pouvez opter pour un lavabo colonne ou un lavabo suspendu (plus adapté aux espaces réduits) et si vous avez la chance d’avoir un peu plus de surface d’un meuble vasque puisque le lavabo, dans ce cas, devient effectivement une vasque.

Les prix sont très variables, depuis 50 euros pour les lavabos les plus économiques à plus de 500 euros pour les plus luxueux

Les frais d’installation : 50 à 150€

Le WC :

reservoir-wc-encastréS’il n’est évidemment pas toujours présent dans une telle pièce, il est parfois intéressant de le prévoir néanmoins afin d’éviter aux enfants ou aux invités d’avoir à descendre à l’étage inférieur si besoin, surtout si aucun autre WC ne se trouve à ce même étage.

Pour des problèmes d’évacuation, il est possible de prévoir un WC chimique qui se contentera alors d’une évacuation en diamètre 32.

Le prix d’un WC est à prévoir à partir de 300 € pour un WC simple, en fourniture et pose. 

La robinetterie :

Il ne faut pas oublier ce poste qui sera indispensable pour chacun des appareils sanitaires, que ce soit la baignoire, la douche, la ou les vasques et le WC, ainsi que les vidages.

Ce poste représente malgré tout une somme que l’on peut évaluer à partir de 200 € pour les vasques et la douche ou la baignoire ainsi que les évacuations.

Le sèche-serviette :

Pratique à la fois pour garder votre linge de bain au chaud, mais aussi pour sécher les serviettes et vêtements, le sècheserviette sert aussi accessoirement de chauffage et permet de profiter d’un bain ou d’une douche agréable.

Vous pouvez en faire l’acquisition à partir de 80 euros. Auquel il faut ajouter des frais de pose de 80 à 200€.

Les matériaux pour travaux

L’isolation :

Isolation salle de bain-03Les isolants sont très nombreux et vous trouverez sur le marché toute une palette de choix, la laine de roche et la laine de verre avec le polystyrène sont les options les plus utilisées dans l’actualité.

Pensez à prendre un format adapté pour les murs et le plafond, à savoir de l’isolant en panneaux ou en rouleaux, pensez aussi à vous renseigner sur le coefficient d’isolation du produit ; plus il est bas, mieux ce sera.

Pour le prix, il faudra compter entre 50 et 100 €/m² pose comprise.

Pour une isolation par l’extérieur au niveau de la charpente couverture, il faudra alors compter autour de 200 € le m².

Le revêtement du sol et des murs :

Traditionnellement, le carrelage est l’option la plus plébiscitée du secteur, surtout pour le revêtement du sol. Plusieurs modèles spécialement conçus pour la salle de bains, et donc antidérapants, sont disponibles.

De plus, le carrelage offre la meilleure qualité en termes de résistance, d’étanchéité et d’accessibilité au niveau des prix ; tout va avec un entretien facile et minime.

Cela dit, il existe d’autres options telles que :

  • La pierre naturelle : Marbre, granit, roche volcanique et les autres types de pierres utilisées dans la construction sont des options possibles, mais coûtent très cher.
  • Le bois : en parquet et sur les murs, le bois est très beau, mais il reste tout de même peu résistant à l’humidité (à moins de choisir une essence adaptée ou de traiter le bois, par exemple par une vitrification, et plutôt cher.
  • Le papier peint pour salle de bains : exclusif des murs, le papier peint pour salle de bains est traité en surface avec une couche en PVC pour améliorer sa résistance à l’humidité ; ses plus grands atouts sont son prix économique et la marge de personnalisation.
  • La dalle de sol en PVC : plus économique que du carrelage, la dalle en PVC est efficace et durable, mais son rendu esthétique est inférieur, même s’il s’est considérablement amélioré au fil du temps.

Pour le prix, il dépendra du matériau :

Matériau

Prix (€/m²)

Prix de la pose (€/m²)

Papier peint

9 à 30€

15 à 30€

Dalle en PVC

15 à 40€

Bois

40 à 150€

30 à 100€

Carrelage

De 20 à 100€

20 à 50€

Pierre naturelle

De 70 à 400€

20 à 50€

Ce ne sont là que quelques exemples de matériaux pour vous donner une idée approximative des tendances tarifaires du moment, mais en réalité il n’existe aucune frontière ou limite, sauf le budget.

En plus des frais pour les installations, il faudra aussi réserver une partie des fonds pour engager une entreprise spécialisée.

Les travaux supplémentaires à prévoir

Aménager une salle de bains dans les combles revient à s’interroger sur de multiples points :

  • L’accès aux combles
    Il est probable que cet accès aux combles soit déjà réalisé. En effet, si vous réalisez une salle de bains dans ces combles, c’est certainement parce que vous avez déjà des chambres à cet étage et que vous avez un escalier.
    Si c’est un aménagement complet de ces combles que vous souhaitez réaliser et qu’une échelle pliante ou une échelle de meunier permet d’y grimper, la remplacer par un escalier plus sécurisé peut être important.
    Le prix d’un tel escalier commencera autour de 1 000 € en fourniture et pose.
  • Les conditions d’éclairage
    Si, dans la salle de bains, une lumière artificielle est envisageable plutôt qu’un éclairage naturel, il sera quand même intéressant, si possible, de placer une fenêtre de toit. De plus, cette fenêtre de toit aura un double rôle, celui de vous fournir, en plus, une aération naturelle.
    A partir de 100 € pour une fenêtre de toit, comptez plutôt pour un modèle autour de 1 000 € en fourniture et pose afin de vous assurer des options importantes comme le rideau qui protègera des rayons du soleil en plein été, le volet roulant qui atténuera le bruit de la pluie, ou encore la détection de cette pluie qui pourrait permettre une fermeture automatique.
  • Les conditions de ventilation
    Si vous avez une aération naturelle avec une fenêtre de toit, une VMC sera toujours intéressante dans une pièce d’eau.
    Pour une VMC simple flux, comptez autour de 500 € en fourniture et pose et autour de 2 000 € pour une double flux, à moins que cette dernière n’existe déjà et ne nécessite qu’une bouche d’aération.

Les conseils d’un professionnel

  • Pour l’installation d’une baignoire
    C’est toujours une décision difficile à prendre et chaque cas doit être examiné comme un cas particulier. C’est un calcul de charge qui pourra déterminer si la solution d’une baignoire est envisageable, selon ce que pourra supporter le sol de ces combles.
    Par exemple, une baignoire de 270 litres pèsera autour de 250 kg (à peine pleine), en plus du poids de la baignoire et de celui qui s’y baigne, ce qui peut dépasser les 350 kg tout compris. Poids qui se répartit sur chacun des pieds, mais pas toujours de façon égale, notamment lorsque la personne entre dans la baignoire.
    Il est donc important, notamment dans le cas d’un plancher bois, de bien penser cette répartition de charge et faire en sorte que les pieds reposent sur des poutres, par exemple.
    Tout dépend aussi de la taille de la baignoire et de sa matière, par exemple si elle est en fonte.
    Pour une douche, il n’y aura pas de problème
  • Pour la fenêtre de toit
    Appelée communément Velux, du nom du principal constructeur, cette fenêtre pourra être fixe, ce qui serait dommage puisque cela reviendrait à se priver d’une aération naturelle. On trouve ainsi de nombreux modèles dont vous pourrez découvrir les fonctionnalités dans l’article sur les châssis de toit.
    Vous trouverez tous les modes d’ouverture, les options telles que le rideau occultant, le volet ou la motorisation.
    De 500 à 1 000 €, en fourniture et pose, de nombreux modèles sont disponibles, mais il sera conseillé, pour une salle de bains, de prévoir un détecteur de pluie qui sécurisera son fonctionnement et le fermera aux premières gouttes, sans que vous ayez à intervenir, permettant de régler de nombreux oublis.
  • Pour le choix du sol
    Si souvent, dans des combles, un sol PVC sera utilisé afin de ne pas trop peser, surtout sur un plancher bois, il n’est pas interdit de mettre un parquet, sous condition de le protéger de l’humidité, par exemple par une vitrification.
    Sur un plancher en dur, un carrelage sera possible.
    Comptez de 30 à 50 € le m² pour un sol en carrelage, de 20 à 70 € le m² pour un sol en PVC et de 50 à 200 € le m² pour un parquet.
    Il faut aussi penser au bruit de quelqu’un qui prend une douche à l’étage supérieur et le choix d’un carrelage devra s’accompagner d’un isolant phonique. Par exemple, une chape sèche intégrant cet isolant phonique sous forme de granulats s’évalue de 110 à 140 € le m².
    Là encore, le poids de ce sol en regard de ce que peut supporter le plancher et la charge sur les murs sera important.
  • Pour les conditions d’isolation du plafond
    Il est important d’isoler le plafond, aussi bien de façon thermique que de façon acoustique.
    Cette isolation sera le plus souvent effectuée depuis l’intérieur, à partir de placo et laine de verre ou laine de roche. Ce qui revient à un tarif de 30 à 50 € le m² en fourniture et pose.
    Si un travail de rénovation de couverture est à prévoir, ce pourrait alors être l’occasion de penser à la méthode du sarking, qui revient à une isolation du toit par l’extérieur, pour un tarif de 100 à 150 € le m², en bonne partie pris en charge par cette rénovation de couverture.

Trouver une entreprise pour aménager une salle de bain sous comble

Nous avons vu précédemment que la salle de bains demande de l’expertise dans plusieurs domaines, et même pour le plus grand des bricoleurs, en aménager une posera plusieurs défis.

Les dégâts qui découlent d’une mauvaise installation dans le cas d’une pièce d’eau sont à la fois difficiles à réparer, mais aussi très coûteux et contraignants. De plus, si vous ne disposez pas d’une certification de pose professionnelle, votre assurance ne prendra pas en charge les dégâts des eaux.

Nous vous proposons une mise en relation simple avec des entreprises et des artisans près de chez vous ; vous pouvez obtenir par le biais de notre plateforme des devis gratuits et sans compromis.

N’oubliez pas de demander un maximum de devis, cela vous permettra de comparer les offres et de choisir le chiffrage le plus adéquat pour vos moyens.

FAQ

Faut-il préférer une baignoire ou une douche sous les combles ?

La première réponse consiste à savoir ce que vous préférez. Une douche à l’italienne est très tendance et sera évidemment possible dans tous les cas.
Pour une baignoire, il faudra étudier le poids de la baignoire, celui du volume d’eau y entrant, celui de la personne qui se baigne et diviser par la répartition sur les 4 pieds de la baignoire. Ensuite, il faudra faire en sorte que ce poids réparti sur chacun de ces pieds puisse être supporté par le sol et les poutres qui le soutiennent.

J’ai une fenêtre de toit, faut-il ajouter une VMC dans cette salle de bains ?

Une VMC permettra d’évacuer l’humidité en toute condition météorologique car, en temps de pluie, il ne sera peut-être pas possible, alors, d’ouvrir cette fenêtre de toit particulièrement exposée.
Si vous possédez déjà une VMC, il suffira d’ajouter une liaison supplémentaire, ce qui ne sera guère coûteux.
Dans le cas contraire, il existe de nombreuses possibilités, comme une ventilation qui se connecte dès que quelqu’un entre dans la pièce.

Je n’ai pas de ventilation dans la maison et pas d’ouverture dans cette future salle de bains, quelle est la meilleure solution ?

Comme dit précédemment, il existe des modèles indépendants de ventilation, des ventilations mécaniques ponctuelles, qui feront l’affaire. Il existe des modèles qui se déclenchent par minuterie, d’autres avec un hygrostat permettant de reconnaître automatiquement l’hygrométrie de la pièce ou d’autres avec détecteur de présence. Pour une salle de bains, un modèle de 15 m3/h correspond au besoin d’une telle pièce. Un renouvellement de 0 à 15 fois par heure est la norme requise. Pour environ 100 € en fourniture et pose, vous trouverez des modèles correspondants.
Vous pouvez aller sur l’article présentant ces aérateurs de salle de bains.

J’hésite à poser du parquet par peur de l’humidité, que me conseillez-vous ?

Vous avez trois solutions. Sur un sol béton, opter pour un carrelage imitation parquet qui ne posera aucun problème d’infiltration et d’humidité. Opter pour un sol souple, type PVC dont certains modèles ressemblent à s’y méprendre à un parquet et qui ne craint pas, non plus, l’eau. Enfin, prévoir un vrai parquet et opter pour une vitrification qui vous permettra de marcher même les pieds mouillés, sur le sol. Avec un minimum de précaution, ce parquet ne craindra pas l’eau. Le ponçage et la vitrification d’un parquet reviennent environ à 50 € le m².

Compte tenu du plafond rampant, et d’une partie basse à moins d’1m20, quel est le meilleur agencement de cette pièce ?

En général, les parties les plus basses d’une salle de bains avec plafond rampant sont utilisées pour placer la baignoire, ou pour organiser les faibles hauteurs en rangement (par exemple pour les serviettes de bains, les produits, etc.). La partie la plus haute servira pour la douche à l’italienne et les vasques.

Y a-t-il une situation privilégiée de cette salle de bains en combles ?

Si vous hésitez sur la façon d’aménager les combles, prévoyez la salle de bains au-dessus d’une pièce d’eau de l’étage inférieur afin de minimiser les coûts de distribution en alimentation et en évacuation, mais aussi pour un côté pratique.
Si vous y installez des WC, pensez aussi à ce que cette pièce ne soit pas trop loin des WC de l’étage inférieur, toujours pour les besoins des évacuations. Si vous installez un WC chimique, une évacuation de diamètre 32 sera suffisante, mais le bruit de la mise en route du sanibroyeur sera plus important, attention à l’isolation acoustique. Des modèles récents sont cependant moins bruyants, si vous acceptez d’y mettre le prix. 

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire