Prix d’une extension de maison en maçonnerie: parpaing, brique, moellon

Il est courant de construire une extension de maison afin d’obtenir une surface habitable plus importante. La famille s’agrandit, une impression d’être à l’étroit au sein de votre logement ? La solution idéale est d’accroître la superficie de ce dernier. L’extension de maison en maçonnerie est un moyen pour y parvenir.

Extension horizontale

Quel prix pour une extension de maison en maçonnerie: parpaing, brique ?

Le coût d’une extension de maison en maçonnerie peut dépendre d’un certain nombre de paramètres que sont :

  • la superficie de l’extension ;
  • la nature des matériaux choisis ;
  • le type d’extension ;
  • la présence d’un architecte sur le projet ;
  • l’artisan maçon choisi.

Les prix selon le matériau employé

Une extension en maçonnerie pourra alors se faire selon l’emploi de différents types de matériaux. En fonction de ces derniers, le prix pourra varier. Voici, à titre indicatif, quelques ordres de prix en la matière :

Nature du matériau

Prix

parpaings

de 500 à 1 500 € le m²

briques

de 300 à 600 € le m²

pierres

de 300 à 1 300 € le m³, soit 200 à 450 € le m²

Les prix selon la superficie

La superficie est un facteur qui influe forcément sur la facture finale de votre extension. En effet, plus la surface de cette extension sera importante et plus son coût de construction sera élevé. Voici quelques tarifs couramment appliqués par les professionnels pour une extension maçonnée, selon les différents matériaux pouvant être utilisés :

Superficie de l’extension maçonnée

Prix pour une extension en parpaings

Prix pour une extension en briques

Prix pour une extension en pierres

15 m²

22 500 €

9 000 €

6 750 € 

20 m²

30 000 €

12 000 €

9 000 €

30 m²

45 000 €

18 000 €

13 500 €

50 m²

75 000 €

30 000 €

22 500 €

Les tarifs de l’artisan maçon

Le coût de la main d’œuvre est un poste de dépense qui peut être relativement élevé selon l’artisan en question. En effet, ces derniers sont libres d’appliquer les tarifs qu’ils souhaitent. De plus, il faut également savoir que la situation géographique est aussi un critère impactant ce prix. Il est vrai que, dans les grandes villes, et notamment en région parisienne, les tarifs sont généralement plus élevés qu’en province ou dans les espaces plus ruraux. 

Voici donc un tableau récapitulatif des postes que le maçon sera en mesure d’effectuer, accompagnés de leurs coûts :

Prestation

Tarif

forfait horaire

35 à 70 €

déplacement

40 à 100 € selon la distance

mise en place de fondations

80 à 200 € le m²

construction d’un mur en parpaings

50 à 110 € le  m²

création de dalle / chape béton de 15 cm d’épaisseur

100 à 200 € le m²

Les prix pour effectuer les travaux annexes à la construction

La mise en place d’une extension de maison en maçonnerie ne s’arrête pas à sa simple construction. En effet, cette dernière s’accompagne bien entendu de nombreux travaux annexes afin de rendre ce nouvel espace parfaitement habitable.

Pour cela il faudra alors engager divers travaux dont les coûts sont détaillés ci-dessous :

Postes de travaux

Prix

ouverture d’un mur porteur pour créer une porte

1 500 €

toiture

100 à 300 € le m²

menuiseries

à partir de 500 € pièce

isolation intérieur

30 à 50 € le m²

raccordement au réseau électrique

50 à 100 € le m²

plomberie

100 à 200 € le m²

revêtement intérieur mural

peinture

20 à 30 € le m²

papier peint

20 € le m²

enduit décoratif

50 € le m²

revêtement intérieur sol

carrelage

20 à 150 € le m²

parquet

30 à 100 € le m²

jonc de mer

40 € le m²

revêtement extérieur de l’extension

bardage

20 à 80 € le m²

crépi

50 à 100 € le m²

Prix des taxes

En sus du coût de l’extension, il faudra également que soit pris en compte le prix de la taxe d’aménagement. Ce coût sera fonction de la superficie de votre extension. 

Il faudra compter un prix de 759 € par m² si la construction se trouve en province ou bien 860 € le m² si cette dernière se trouve en région parisienne. 

Une formule existe et peut vous permettre de calculer le prix qu’il vous faudra payer.

Voici le calcul à effectuer :

  • surface de l’extension (en m²) x taux communal applicable (en %) x valeur forfaitaire (en €)

+

  • surface de l’extension (en m²) x taux départemental applicable (en %) x valeur forfaitaire (en €)

Extension de maison : rappel et définition

Avant de commencer, il peut être intéressant de rappeler brièvement ce qu’est une extension de maison.

Est qualifié en tant que tel, un agrandissement qui est en contact avec l’habitation initiale. En effet, pour qu’il s’agisse d’une extension à proprement parler, il est indispensable que cette dernière soit accolée à la maison et que ce nouvel espace communique avec la maison.

Il faut noter que si une structure est mise en place indépendamment du logement principal, elle ne sera pas considérée comme une extension, mais comme une construction indépendante, voire une annexe.

Le rôle d’une extension de maison, qu’elle soit maçonnée ou peu importe son mode de construction, permet de pallier au manque d’espace intérieur. En effet, elle a pour but d’agrandir la surface habitable afin de créer un nouvel espace de vie. Il est donc possible qu’elle soit utilisée en guise de salle à manger, de chambre ou encore de bureau par exemple. Tous les projets sont envisageables dans ce type d’espace. Cela se module selon les besoins de chacun.

Les différents types de matériaux 

Pour la création de votre extension de maison maçonnée, il vous faudra opter pour le matériau de fabrication. Ce dernier pourra notamment être déterminé en fonction de l’aspect visuel extérieur que vous souhaitez donner à ce nouvel espace de vie. Il faudra également que cette surface supplémentaire s’accorde à la perfection avec l’architecture existante de la résidence déjà en place. 

Il sera aussi tout à fait possible de rompre cette continuité de style en optant pour un look totalement différent et plus moderne pour cette extension. Il faudra toutefois veiller à garder une certaine harmonie visuelle afin de ne pas observer de décalage inapproprié entre ces 2 bâtiments.

Pour ce faire, vous pourrez choisir entre :

  • le parpaing : c’est un matériau de construction extrêmement solide. C’est la raison principale pour laquelle il est choisi par de nombreux artisans. Il permet également de disposer d’une construction de manière rapide et facile et ce, à un bon rapport qualité/prix. En revanche, son esthétique laisse à désirer. En effet, pour que l’extension ait un aspect visuel intéressant, il faudra obligatoirement inclure dans vos travaux, l’application d’un revêtement extérieur sur ces surfaces. Cette solution permet alors de s’accorder à tout type de style architectural.
  • la brique : la brique est un matériau esthétique qui ne nécessite pas de mettre en place de revêtement spécifique. Elle sert donc à la fois de matériau de construction et de revêtement extérieur. Elle a donc une double vocation. Il faut toutefois noter qu’en termes de pose, la brique est plus longue à mettre en place que le parpaing notamment.
  • la pierre : a l’instar de la brique, la pierre sert elle aussi également à la construction ainsi qu’à l’aspect esthétique du bâtiment. L’installation reste néanmoins relativement complexe à exécuter. Vous ne pourrez pas vous passer de l’aide d’un professionnel pour effectuer cette opération. 

Les natures d’extension maçonnée

Une extension maçonnée peut se matérialiser sous différentes formes. En effet, l’extension contiguë, aussi appelée extension latérale est l’agrandissement le plus couramment mis en place. Il s’agit alors de réaliser la construction en continuité de la résidence. Cette dernière pourra alors être en plain-pied ou bien comporter un étage pour gagner encore plus en superficie habitable et ainsi aménager un espace supplémentaire dans les combles de cette nouvelle structure. 

Cette solution est idéale lorsqu’on dispose d’un terrain suffisant pour la mettre en place dans le prolongement de l’habitation. 

Il est aussi possible d’opter pour une extension maçonnée de type verrière ou encore véranda. En effet, pour supporter le poids des nombreuses vitres, il faut un matériau solide et résistant au fil des années. Le parpaing est donc parfait pour servir de support à une telle extension. De plus, il s’agit d’un matériau facile à travailler qui peut se moduler selon les ouvertures vitrées que vous souhaitez avoir dans votre véranda. 

Les étapes de construction d’une extension en parpaing ou en brique

Mettre en place une extension maçonnée requiert tout de même un certain savoir-faire. Ainsi, il est fortement recommandé de faire appel à un professionnel pour effectuer votre projet. L’artisan maçon sera alors le plus à même et le plus qualifié pour exécuter ce type d’opération. 

Différentes étapes de construction devront alors être respectées pour pouvoir disposer d’une telle installation. Dans un premier temps, il faudra réaliser les fondations de la future structure. Pour ce faire, il faudra en passer par une phase de terrassement.

Dès lors que les fondations seront construites, il sera possible de passer à la mise en place de la dalle béton

Dès lors, il sera possible d’ériger les murs qui constitueront l’extension. Une fois ces différentes étapes réalisées, il faudra alors en passer par l’installation de la charpente et de la couverture

Afin que l’extension soit réellement définie en tant que telle, il faudra créer une ouverture entre la résidence principale et ce nouvel espace.

Une fois le gros œuvre effectué, les raccordements électriques et en plomberie pourront être réalisés. De la même façon, afin que cette nouvelle surface soit parfaitement habitable, l’isolation et les aménagements intérieurs, tels que les revêtements de sol ou encore muraux, seront également à prendre en considération, notamment dans l’enveloppe budgétaire consacrée à cet effet.

Quels sont les avantages et inconvénients d’une extension de maison en maçonnerie ?

Une extension de maison maçonnée offre un certain nombre de points forts qui sont détaillés dans le tableau ci-dessous.

Avantage

Descriptif

matériau robuste

Pour la construction d’une extension maçonnée, les matériaux employés sont robustes. En effet, leur résistance leur permet de faire face à tout type d’aléas, notamment les aléas climatiques. Ce sont des matériaux pérennes qui ont une bonne durabilité dans le temps.

pose

En termes d’installation, la pose de parpaings est aisée et rapide à mettre en œuvre. Il faudra juste respecter les temps de séchage entre la pose des différents rangs. 

coût

Une extension maçonnée est une construction bon marché.

esthétique

Selon le matériau exploité, le rendu esthétique peut être plus ou moins bon. Par exemple, la pierre ou la brique auront un design élégant.

Toutefois, avant d’opter pour une telle extension, il faut aussi en connaître les points faibles :

Inconvénient

Descriptif

isolation

Pour ce qui est du parpaing, matériau le plus couramment utilisé pour une extension maçonnée, ce dernier dispose d’une mauvaise isolation, aussi bien sur le plan thermique qu’acoustique. Il faudra en effet qu’une isolation intérieure soit ajoutée afin de pouvoir disposer d’un bon confort thermique, mais aussi pour être parfaitement isolé sur le plan phonique.

poids

Certains matériaux, notamment les parpaings, sont relativement lourds. Même si la mise en place en elle-même reste simple, ces blocs pèsent un certain poids et sont donc plus difficiles à porter en hauteur.

esthétique

Le visuel peut être un point négatif pour certains types de matériaux. Il sera notamment question du parpaing qui nécessitera obligatoirement de disposer d’un revêtement extérieur afin de parfaire son esthétisme.

Les démarches administratives à connaître

Avant de vous lancer dans un projet d’une telle envergure, il faut savoir que ce dernier peut être conditionné par des démarches administratives

En effet, une extension nécessite d’en passer par la concertation avec le service urbanisme de votre lieu d’habitation. Il faudra en effet consulter le PLU (Plan Local d’Urbanisme) de votre commune pour en connaître les éventuelles contre-indications. De plus, si vous vous situez dans une zone classée, il faudra également obtenir l’accord de l’architecte des Bâtiments de France afin que votre projet puisse voir le jour. 

En fonction de la superficie de l’extension que vous souhaitez mettre en place, il faudra réaliser différentes demandes.

Voici ce qu’il est bon de savoir :

Superficie de l’extension

Nature de la démarche à effectuer

moins de 5 m²

déclaration de travaux

entre 5 et 20 m²

déclaration de travaux

20 m² et plus (sans PLU dans la commune)

permis de construire

plus de 40 m² (avec PLU dans la commune)

permis de construire

construction de plus de 150 m², extension comprise

permis de construire + architecte obligatoire

En termes de délais de réponse, il est plus rapide d’avoir un retour pour une simple déclaration de travaux préalable. En effet, il faut compter un mois pour une déclaration de travaux contre 3 mois pour une demande de permis de construire. 

Quels risques en cas de non-respect de ces règles ?

Ne pas respecter les différentes réglementations dictées ci-dessus peut engendrer un certain nombre de risques qu’il est important de rappeler dans ce guide.

Des travaux non conformes peuvent prendre différentes formes telles que :

  • un manquement de permis de construire ou de déclaration de travaux ;
  • un non-respect du Plan Local d’Urbanisme ;
  • un défaut dans le permis de construire.

Ainsi, voici donc les différentes représailles qui peuvent vous attendre :

  • une interruption des travaux ;
  • une interdiction de raccordement au réseau ;
  • une démolition de l’extension ;
  • une amende de plusieurs centaines de milliers d’euros. 
Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire