Prix d’une pompe à chaleur pour une maison de 120 m²

Pour votre chauffage, vous serez peut-être intéressé de tout savoir sur le prix d’une pompe à chaleur pour une maison de 120 m². Une solution économique pour un logement relativement standard qui va vous permettre de déterminer le meilleur modèle et le coût réel, d’investissement et d’utilisation de cet équipement.

Prix pompe a chaleur

Le prix d’une pompe à chaleur pour une maison de 120 m²

Ce tableau initial va vous permettre de vous familiariser avec les différents modèles de pompe à chaleur et les dépenses engendrées en fonction de ces options.

Type de PAC

Fourniture

Pose

Entretien annuel

Coût utilisation pour 120 m²

La PAC air / air

6700 à 7500 €

1500 à 3000 €

100 à 300 €

980 €

La PAC air / eau

6500 à 9500 €

1000 à 5000 €

150 à 300 €

1 010 €

La PAC sol / eau

8000 à 19000 €

2000 à 21000 €

100 à 300 €

1 500 €

La PAC eau / eau

8000 à 19000 €

2000 à 21000 €

100 à 300 €

1 500 €

Les différents types de pompe à chaleur

Pour faire suite au tableau précédent, une pompe à chaleur peut ainsi fonctionner selon différents systèmes.

  • Pompe à chaleur air / air
    La pompe à chaleur capte des calories dans l’air ambiant pour les restituer au sein du logement.
    La pompe à chaleur présente donc un module en extérieur, qui capte ces calories. Il est relié à un ou plusieurs modules internes qui les insufflent dans les pièces.
    Cette solution permet également des principes réversibles, c’est-à-dire qui peuvent également souffler du frais en été pour refroidir un logement.
    C’est le modèle le plus simple et le moins onéreux, que ce soit en coût d’investissement, en entretien ou en coût de fonctionnement.
    Il reste alors très économique, mais n’est pas, non plus, le plus puissant, nécessitant alors un chauffage d’appoint dans les régions trop froides.
    Le revers de la médaille se situe au niveau de l’air pulsé qui est moins agréable qu’un chauffage central. C’est pourquoi les constructeurs prévoient, notamment, des filtres permettant d’assainir l’air ainsi soufflé et d’éliminer tout ce qui est allergènes ou polluants.
    Une variante existe avec la climatisation réversible gainable qui repose sur un module externe et un module interne, ce dernier se trouvant dans les combles et distribuant l’air dans les différentes pièces par un système de gaines et de grilles, selon le principe de la VMC. Son avantage est de n’occuper aucune place dans les pièces.
  • Pompe à chaleur air / eau
    Autre principe d’aérothermie, le captage des calories dans l’air reste le même et se réalise toujours à partir du module externe.
    Par contre, ce qui change, c’est que ces calories sont restituées dans le logement via un principe de chauffage central.
    Les degrés sont donc utilisés pour chauffer tout un réseau d’eau qui passe par des radiateurs, mais peut aussi alimenter un chauffage par le sol.
    Autre avantage de ce principe, il est alors possible de l’utiliser également pour l’eau chaude sanitaire.
    Ce fonctionnement correspond, le plus souvent, à un équipement basse température.
    De la même façon que précédemment, il existe des pompes à chaleur réversibles capables de refroidir aussi un intérieur en été.
    Plus économique, la partie chauffage ouvre ainsi un accès vers les aides liées à l’économie d’énergie.
    Ce principe offre une température constante et un grand confort de chauffage.
  • Pompe à chaleur sol / eau ou eau / eau
    La géothermie est une autre solution pour pompe à chaleur.
    Son avantage est d’être très efficace.
    Son inconvénient est d’être beaucoup plus complexe et plus onéreuse à mettre en œuvre.
    Si le principe de restitution des calories reste le même pour ces deux solutions, il est aussi le même que précédemment, avec une chaleur restituée au travers d’un réseau de distribution d’eau par chauffage central, via des radiateurs à eau ou un chauffage par le sol.
    Par contre, la captation des degrés peut s’effectuer selon deux principes :
    • au niveau du sol, par des capteurs horizontaux, lorsque la dimension du terrain le permet, ou par des capteurs verticaux (principe plus onéreux qui nécessite un forage), si la dimension du terrain ne le permet pas ;
    • au niveau de l’eau (étang, lac, rivière, nappe phréatique), mais qui nécessite la proximité d’une telle possibilité et doit passer par des autorisations, ce qui en limite souvent la fréquence.

Ce principe est également réversible, selon le choix du matériel.

Il est également ouvert aux aides pour la partie chauffage uniquement.

C’est aussi le fonctionnement qui apporte un maximum de calories sans surcoût de fonctionnement, grâce à une meilleure efficacité.

Pour conclure sur ce comparatif, voici un tableau permettant de mieux juger de l’efficacité de chaque principe, le COP représentant le coefficient de performance, sachant qu’un COP de 4, par exemple, signifie que, pour 1 kWh d’électricité consommé, la pompe à chaleur en restitue 4. Plus le chiffre est élevé, meilleur est le rendement de l’appareil.

Type de PAC

COP

  consommation en kWh au m²

coût utilisation annuelle en € au m²

pompe à chaleur air / air

4

51

8.14

pompe à chaleur air / eau

5

52.5

8.38

pompe à chaleur eau / eau

5/6

77

12.30

Les critères de choix pour une pompe à chaleur

Une fois toutes les possibilités exposées, il faudra alors trouver ce qui vous correspond le mieux et cela portera sur un certain nombre d’éléments pour lesquels vous aurez besoin d’un professionnel qui vous aide dans ce choix.

Les conditions de base

Il existe un certain nombre de conditions initiales, quel que soit le chauffage, qui sont :

  • la température de confort : cette température se situe autour de 19 à 20° C. Elle est à retenir pour des pièces de jour, un salon où vous vous posez pour lire, une cuisine, un bureau dans lequel vous travaillez.
    Pour une salle de bains, la température requise se situe autour de 19 à 22° C.
    Pour des chambres, il est conseillé de se limiter à 16 ou 17° C, sauf pour une chambre de bébé qui s’élèvera alors à 18 ou 19° C.
    Pour des pièces inoccupées, il est bon de les maintenir autour de 14° C. En cas d’absence prolongée, la température est à régler entre 12 et 14° C.
    Déroger à ces règles et opter pour 1° C supplémentaire entraîne une surconsommation énergétique de 7 %.
  • neuf ou rénovation : le choix de la PAC pourra aussi dépendre de ce critère et, notamment, en rénovation, de la présence préalable d’un chauffage central.
  • le bon dimensionnement du matériel : il est important de posséder un équipement parfaitement dimensionné pour éviter certains risques. Qu’il soit sous-dimensionné ou surdimensionné, le risque d’usure est le même, parce qu’il risque de ne jamais s’arrêter dans le premier cas, ou parce que des arrêts trop fréquents sont tout aussi néfastes dans le second cas.
    Par exemple, en air / air, un module externe et 1 module intérieur nécessiteront une puissance de 4 à 5 000 watts, qui passera à 7 000 watts pour 3 modules intérieurs.

Les critères à prendre en compte

Il existe un certain nombre de critères qui sont déterminants dans ce choix. On peut ainsi en énumérer quelques-uns :

  • la région : elle est déterminante pour la puissance nécessaire, selon qu’elle sera plus ou moins tempérée ou plus ou moins froide. Une pompe à chaleur en haute altitude devra être capable de capter plus de calories qu’un modèle dans le sud de la France et devra présenter des performances supérieures afin de ne pas devoir être assisté par un chauffage d’appoint ;
  • le terrain : selon la surface de terrain que vous possédez, vous pourrez avoir accès à une solution sol / eau à partir d’un captage horizontal ou devrez passer par un captage vertical ;
    Si vous avez une présence d’eau à proximité ou en profondeur, vous pourrez opter pour une demande de principe eau / eau.
  • le profil de la maison : selon le volume à chauffer, selon que vous souhaiterez y associer l’eau chaude sanitaire, selon que vous prévoirez aussi le chauffage de votre piscine, il vous faudra une puissance plus ou moins élevée ;
  • l’isolation du logement : les besoins en chauffage ne seront pas les mêmes pour une maison BBC que pour une maison des années 70 mal isolée et ne disposant pas de double vitrage, par exemple ;
  • le nombre d’occupants : s’il influe généralement sur le volume à chauffer (ou à refroidir en été), il faut penser qu’il influe aussi sur la consommation d’eau chaude, si la pompe à chaleur est également utilisée pour cela.

Le COP

Nous avons déjà mentionné ce coefficient de performance. C’est une part importante de l’efficacité de la pompe à chaleur et ce sera un chiffre à surveiller qui peut aussi expliquer certaines différences de prix entre des matériels qui semblent, par ailleurs, similaires.

Quelques éléments supplémentaires

La pompe à chaleur peut également présenter des surcoûts pour des options pouvant vous intéresser :

  • le bruit : la pompe à chaleur, surtout le module externe, peut être plus ou moins bruyante. Selon où elle sera placée sur votre terrain, voire sur une terrasse d’appartement, il sera important de veiller à ce critère pour ne pas être dérangé et ne pas déranger vos voisins.
    Certains modèles disposent d’un mode Sleep qui permet d’en réduire la pression acoustique.
  • les filtres : la présence de filtres aidant à purifier l’air dans les modèles air / air est importante.

L’installation d’une pompe à chaleur

Si une pompe à chaleur air / air pourra parfois être installée sans intervention d’un professionnel, elle sera néanmoins requise lors du branchement final. Il est donc préférable de lui faire appel dès le début, notamment pour les bons dimensionnements.

De plus, pour toutes les autres mises en œuvre, elle est indispensable.

Elle l’est d’autant plus que, en dehors du principe air / air, elle est sujette à des aides de l’Etat qui passent obligatoirement par un installateur RGE.

Les aides

Sans reprendre tout le détail des aides déjà notées dans de nombreux autres articles sur les pompes à chaleur et en rappelant que le modèle air / air ne permet pas d’en bénéficier, voici un rappel de ces différentes aides pour la partie chauffage des autres PAC, certaines étant sous conditions de ressources :

  • MaPrimeRénov’ ;
  • la prime énergie ;
  • le Certificat d’Economie d’Energie (CEE) ;
  • l’aide Anah “Habiter mieux sérénité” ;
  • le chèque énergie pour les ménages les plus modestes ;
  • la TVA réduite à 5,5 % ;
  • l’éco-prêt à taux zéro ;
  • la réduction d’impôt Denormandie selon le quartier et la ville ;
  • les aides de collectivités (locales, départementales, régionales).

Les conseils des professionnels

Pour compléter ces propos, voici quelques conseils apportés par nos professionnels :

  • Il faudra vérifier, si la pompe à chaleur est prévue pour un système basse consommation, que l’installation, radiateurs et chauffage au sol, soit également basse consommation.
  • Si une pompe à chaleur est économique par un COP intéressant, il ne faut pas oublier que, lorsqu’elle est réversible, vous pouvez cependant avoir une surconsommation électrique du fait de son utilisation en climatiseur, l’été.
  • Dans le cas d’une pompe à chaleur air / air, l’emplacement des modules intérieurs ou des grilles est important, que ce soit par rapport à la façon de meubler votre pièce, mais aussi pour éviter que l’air ne soit soufflé directement sur les occupants.
  • L’entretien du matériel est important, que ce soit par un contrat d’entretien annuel, mais aussi par un nettoyage régulier du matériel, aussi bien l’unité extérieure que l’unité intérieure, afin d’assurer un fonctionnement optimal.

FAQ

On m’a signalé que l’emplacement du module externe imposait certaines contraintes. Quelles sont-elles ?

La première contrainte est celle du bruit et dépend du modèle retenu. Il faudra cependant éviter de placer ce module sous la fenêtre d’une chambre ou à côté de la maison de votre voisin si elle est proche de votre terrain.

En appartement, vous devrez contacter le syndic pour savoir si vous pouvez le placer sur votre terrasse.

Par ailleurs, il faut éviter la proximité d’arbres et ne pas la placer en plein vent ou en plein soleil.

Enfin, plus elle sera proche du ou des modules internes et moins il y aura de déperditions.

Dans ma région, les températures peuvent descendre jusqu’à – 10° C, est-ce qu’une pompe à chaleur peut suffire pour chauffer en hiver ?

Alors que les pompes à chaleur avaient du mal à être efficaces par grands froids, elles sont généralement conçues pour des températures pouvant descendre à – 10° C. Il existe même des modèles encore plus efficaces acceptant des températures descendant à – 18° C.

Pour calculer l’amortissement de mon investissement, je souhaiterais connaître la durée de vie moyenne d’une pompe à chaleur ?

La durée de vie moyenne d’une pompe à chaleur est évaluée à 15, voire 20 ans, dans de bonnes conditions d’utilisation et d’entretien.

Quels sont les conseils en termes d’entretien pour une PAC ?

Il est nécessaire de faire appel à un professionnel pour l’entretien dès lors qu’un appareil détient 2 kg de fluide frigorigène.

Cet entretien annuel comprend le contrôle d’étanchéité du circuit, la vérification du compresseur, l’état des connexions électriques et l’état général de l’appareil. Un budget annuel de 150 à 200 € TTC est alors à prévoir.

Quelle est la surface de terrain nécessaire pour une PAC sol / eau avec captage horizontal ?

Il faut une surface de terrain qui soit 1,5 fois supérieure à la surface à chauffer. Par exemple, pour une maison de 120 m², un terrain disponible de 180 m² est donc nécessaire.

Faut-il prévoir un abonnement EDF spécial pour la pompe à chaleur, ce qui induirait un surcoût ?

Une puissance de compteur minimale de 9 kVA est indispensable, ce qui n’a rien d’extraordinaire. Il faudra aussi vérifier que l’appareil fonctionne bien en monophasé, ce qui est de plus en plus souvent le cas, désormais.

Formulez une demande de devis!
1
2 Mon projet:
3 Moi:
Je souhaite recevoir par email les informations des partenaires pour m’aider dans mes projets de travaux.

Laisser un commentaire